BFM Business

Le chômage va se rapprocher de son record historique en France

En décembre, seuls 300 nouveaux demandeurs d'emploi s'étaient inscrits à Pole emploi

En décembre, seuls 300 nouveaux demandeurs d'emploi s'étaient inscrits à Pole emploi - -

Les chiffres du chômage de janvier seront connus ce mardi 26 février. Ils devraient être mauvais par rapport à ceux de décembre. Lundi, plusieurs membres du gouvernement ont pourtant réaffirmé possible d'inverser la courbe du chômage en 2013.

3.205 millions de demandeurs d'emploi. C'était en janvier 1997 sous Jacques Chirac. Le chômage n'a jamais été aussi élevé en France depuis en valeur absolue. Avec les chiffres de janvier 2013 qui seront connus ce mardi 26 février, il pourrait se rapprocher de ce record.

En janvier 2013, la France comptait 3.132.900 demandeurs d'emploi de catégorie A (c'est à dire n'ayant pas du tout travaillé), soit 10,5% de la population active. Il suffirait donc d'une augmentation de 72.100 inscrits à Pôle emploi pour atteindre le record.

Mais même avec les licenciements du début d'année et l'actualisation des fichiers de demandeurs d'emploi qui entraîne mécaniquement des radiations, il paraît peu vraisemblable que les 3,2 millions soient atteints. Mais on se rapprochera tout de même de cette barre. Pour le 21ème mois consécutif, le chômage devrait en effet progresser.

Depuis le début du quinquennat de François Hollande, près de 30.000 nouveaux demandeurs d'emploi sont comptabilisés en moyenne chaque mois. Seul décembre a été atypique avec seulement 300 nouveaux inscrits. Jean-Marc Ayrault avait alors pris soin de rappeler : "il ne faut pas tirer des conclusions des chiffres d'un mois". Il pourra sans doute le rappeler ce soir, mais dans le sens inverse.

L'objectif d'inverser la courbe du chômage en question

Malgré les sombres prévisions de Bruxelles concernant la croissance, le gouvernement refuse cependant de renoncer à l'objectif d'inverser la courbe du chômage en fin d'année. "Même avec une croissance plus faible que celle que nous escomptions, les politiques de l'emploi nous permettront d'inverser la courbe du chômage d'ici la fin de l'année 2013". C'est en ces termes que le ministre du Travail a ainsi voulu mettre un terme à la polémique née de la publication, vendredi 22 février, des prévisions de la Commission de Bruxelles annonçant une croissance quasi-nulle en France en 2013. Son collègue de l'Economie, Pierre Moscovici, a tenu sensiblement les mêmes propos, hier, à Londres.

Car avec les chiffres de ce mardi, c'est de la promesse de François Hollande d'inverser la courbe du chômage cette année qui est en cause. Après l'abandon de l'objectif de 3% de déficit fin 2013, c'est un nouveau camouflet politique pour le chef de l'Etat et son gouvernement.

>> Lire aussi : Les cinq raisons qui expliquent le chômage de masse

Patrick Coquidé