BFM Business

Le BTP tire toujours les créations d'emplois salariés en France

-

- - -

Selon les chiffres de l'Acoss, les embauches sont clairement reparties à la hausse au troisième trimestre après un deuxième trimestre quasi-stable.

Bonne nouvelle sur le front de l'emploi. Après un deuxième trimestre atone (-0,4%), les créations d'emplois salariés en France (de plus d'un mois) sont sensiblement reparties à la hausse entre juillet et septembre, indique l'Acoss, l'organisme collecteur des cotisations de Sécurité sociale.

Concrètement, 2,19 millions de déclarations d'embauches ont été comptabilisées sur la période, soit une progression de 2,3% par rapport aux trois mois précédents. Il s'agit d'un nouveau record, pour des contrats de plus d'un mois (hors intérim), dont environ la moitié en CDI. 

Cette "hausse sensible" résulte "de l'augmentation soutenue des embauches en CDI (+3%) et de celle, un peu plus modérée, des embauches en CDD de plus d'un mois (+1,7%)", toujours par rapport au deuxième trimestre selon l'Acoss. Si on intègre les embauches de moins d'un mois, le solde atteint 6,706 millions d'embauches (+0,6%).

Sur un an, les embauches de plus d'un mois en CDI (hors intérim) progressent de 5,2%, quand celles en CDD augmentent de 1,5% par rapport au deuxième trimestre 2018. 

L'industrie a peu embauché

Le moteur de ces créations reste le secteur du BTP avec une progression de 3,7% sur un an. On observe pourtant une baisse continue des permis de construire. Sur les douze mois à fin juin, 409.300 logements ont été mis en chantier en France - un plus bas depuis juin 2017, et 446.900 ont été autorisés à la construction, soit le même niveau qu'à fin mars.

Les professionnels et les économistes évoquent différentes raisons, dont la réduction d'aides pour accéder à la propriété ainsi que la prudence des élus à octroyer des permis de construire avant les municipales de 2020 (voir notre enquête sur le sujet ici).

Le BTP devance pourtant les services (+3,4%), tandis que l'industrie est distancée avec une hausse annuelle de seulement 0,4%.

Les régions Languedoc-Roussillon et Pays de la Loire les plus dynamiques

Géographiquement, les déclarations d’embauche de plus d’un mois progressent dans toutes les régions métropolitaines, à l’exception de la Picardie et de Champagne-Ardenne (-1,0%). Les régions Languedoc-Roussillon et Pays de la Loire sont les plus dynamiques (+ 5,6%).

Rappelons que dans sa note conjoncturelle, l’Insee table sur une augmentation des créations nettes d’emploi en 2019 (+ 254.000). Si bien que le taux de chômage devrait, selon les prévisions de l’institut, plutôt rester orienté à la baisse, pour se fixer à 8,3% d’ici la fin de l’année contre 8,5% au deuxième trimestre.

Ce qui, selon l’Insee ferait que le taux de chômage "atteindrait son plus bas niveau depuis fin 2008". Le gouvernement s'est donné l'objectif d'un taux à 7% d'ici la fin du quinquennat.

Olivier Chicheportiche