BFM Business

Laurence Parisot: "attention aux surenchères sur la transparence des dirigeants"

Laurence Parisot quittera la présidence du Medef en juillet

Laurence Parisot quittera la présidence du Medef en juillet - -

Invitée de BFMTV et RMC ce jeudi 11 avril, la présidente sortante du Medef s'est déclarée réservée quant aux mesures de transparence annoncées après l'affaire Cahuzac. Elle a estimé par ailleurs qu'il ne fallait pas relâcher les efforts budgétaires.

"Mais quel est le sujet ?". C'est ainsi que Laurence Parisot, la présidente sortante du Medef, a voulu affirmer, sur BFMTV et RMC ce jeudi 11 avril, son scepticisme quant aux annonces de réformes sur la transparence des revenus des décideurs.

"Il ne faut pas basculer dans un moralisme qui pousse à des surenchères", s'est-elle exclamée. "Ce n'est plus de la transparence mais de la mise à nue". Elle a d'ailleurs rappelé qu'elle était bénévole à la présidence du Medef et qu'elle ne disposait que d'une voiture avec chauffeur comme tout avantage. Façon de dire qu'elle était hostile à des mesures supplémentaires de transparence qui concerneraient les dirigeants d'entreprise.

Pour elle, "l'important est de s'assurer que les prérogatives (des décideurs) n'ont pas été détournées durant leur mandat". A propos des paradis fiscaux et de l'évasion fiscale, elle a estimé qu'il fallait "réactiver les travaux du G8 et surtout du G20" en ces domaines. "Mais pouvez-vous imaginer qu'une entreprise puisse être absente de Hong-Kong par exemple ?", pourtant considéré comme un paradis fiscal.

Garder le cap économique

Concernant le débat engagé ces derniers jours par certains ministres sur l'austérité, la présidente du Medef a lancé : "il faut garder le cap", se positionnant sur la ligne adoptée mercredi 10 avril par le chef de l'Etat.

Elle a cependant insisté une nouvelle fois sur la nécessité de faire au plus vite des réformes de fond, en particulier celle des retraites. Sur ce dossier, elle s'est prononcée pour un allongement de la durée de cotisation par rapport à d'autres pistes.

Enfin, interrogée sur la possibilité qu'elle s'engage en politique après avoir quitté le Medef en juillet prochain, elle n'a pas dit non en raison de la situation de la France "Je n'écarte rien, mais il y a beaucoup de façon de s'engager", a-t-elle lancé laconiquement.

>> Lire aussi- Notre dossier: le Medef va changer de tête

P.C