BFM Business

La CFDT veut des contreparties au "pacte de responsabilité" de Hollande

Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, veut que les allègements fiscaux des entreprises s'accompagnent de mesures pour l'emploi.

Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, veut que les allègements fiscaux des entreprises s'accompagnent de mesures pour l'emploi. - -

Laurent Berger, le leader de l'organisation syndicale, a réclamé que le "pacte de responsabilité" proposé par le chef de l'Etat ne soit pas "un chèque en blanc aux entreprises", ce lundi 6 janvier.

Les syndicats ne veulent pas être écartés des travaux sur le "pacte de responsabilité" proposé par François Hollande aux entreprises lors de ses voeux, le 31 décembre dernier. C'est en tout cas le souhait de Laurent Berger, le leader de la CFDT, qui craint que ce pacte ne soit qu'un "chèque en blanc aux entreprises".

Invité de France Info, lundi 6 janvier, le secrétaire général de l'organisation syndicale s'est justifié par le fait qu'"il existe aujourd'hui beaucoup d'allègements de cotisations pour les entreprises sans contrepartie vérifiée".

Des contreparties "sur la qualité des emplois"

Il a ainsi souhaité des contreparties "sur la qualité des emplois proposés, la baisse de la précarité, sur l'embauche des jeunes, le type de contrat, en termes de conditions de travail, (...) sur les salaires" et sur l'investissement.

Le chef de l'Etat a proposé ce "pacte" lors de ses voeux aux Français, en évoquant une baisse des cotisations sociales et une simplification administrative contre des embauches et la relance des investissements.

De son côté, Bernard Cazeneuve a expliqué lundi sur RMC et BFM TV que ce pacte reposerait sur la montée en charge déjà prévue du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE), et sur un effort de simplification et de stimulation de la croissance à travers la refonte de la fiscalité des entreprises.

Y. D. avec Reuters