BFM Business

FagorBrandt redémarre avec 200 millions d'euros d'investissements

Cevital va reprendre FagorBrandt

Cevital va reprendre FagorBrandt - -

Le tribunal de commerce de Nanterre s'est prononcé, ce mardi 15 avril, sur les projets de reprise du fabricant d'électroménager. Il homologue les projet de Cevital. Arnaud Montebourg a, par ailleurs, annoncé un investissement de 200 millions d'euros.

Après des mois d'attente, FaborBrandt arrive au bout du tunnel. La justice a homologué, ce mardi 15 avril, les projets de reprises de Cevital. Ils permettent le maintien de 1.420 emplois sur 1.800.

"Le tribunal a ordonné la cession des actifs de FagorBrandt au profit de la société Cevital", a indiqué à l'AFP Laurent Jourdan, l'avocat du groupe algérien. Les deux autres projets concernant la reprise des sites vendéens "sont également acceptés", a-t-il précisé.

Le groupe algérien Cevital, les banques et l'Etat vont investir au total 200 millions d'euros pour permettre le redémarrage de la société FagorBrandt, a indiqué à l'AFP le ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg.

Le fonds de résistance économique, lancé à l'automne dernier pour venir en aide aux groupes en difficulté, va octroyer un prêt de 47,5 millions d'euros à la nouvelle entité, qui s'appellera Brandt France, inclus dans les 200 millions, le reste étant apporté par Cevital et les banques, a détaillé le ministre.

Prêter à Cevital une partie des fonds

Cevital a obtenu, vendredi 11 avril, de la justice espagnole le rachat des marques de Fagor-Brandt (Brandt, Vedette, Sauter, De Dietrich...) à Fagor, sa maison-mère espagnole en faillite vendredi 11 avril.

Depuis trois mois, la reprise de la filiale française par Cevital était suspendu à cet accord.

L’offre de l’Algérien est la mieux-disante socialement (les deux-tiers des salariés gardés, 100 millions d’euros d’investissement en France)

Arnaud Montebourg avait annoncé vendredi que le gouvernement français était disposé à "prêter à Cevital une partie des fonds dont il a besoin pour mettre en marche l'appareil productif".

Pour sauvegarder "230 emplois supplémentaires", soit la moitié des effectifs vendéens, le tribunal avait laissé jusqu'à lundi 14 avril aux entreprises Variance Technologies et S20 Industries pour conclure un accord commercial avec Cevital, afin d'assurer la reconversion progressive des deux sites. "Cevital s'est dit prêt à examiner des hypothèses de partenariat. Des négociations commerciales sont en cours", selon le communiqué des administrateurs.

D. L. et BFMbusiness.com