BFM Business

FagorBrandt: examen des offres reporté

La reprise du groupe pourrait être décidée début mars.

La reprise du groupe pourrait être décidée début mars. - -

Le tribunal de Nanterre a décidé, ce jeudi 13 février, de reporter l'examen des offres. Le nouveau rendez-vous est prévu le 27 février.

C'était attendu. Le tribunal de commerce de Nanterre a reporté au 27 février l'examen des offres de reprise des sociétés françaises du groupe FagorBrandt en redressement judiciaire, a annoncé le groupe ce jeudi 13 février.

"Ce délai est destiné à permettre aux candidats à la reprise, Cevital et Variance Technologies (...) de compléter et améliorer leur projet de reprise", indique-t-il dans un communiqué.

L'objectif demeure d'aboutir à une reprise du groupe "début mars", précise FagorBrandt.

L'offre de reprise portée par le groupe algérien Cevital prévoit de conserver uniquement les usines de Vendôme et Orléans de FagorBrandt, ainsi que le siège et les services après-vente, soit 1.200 des 1.800 salariés du groupe en France.

Celle plus partielle de l'entreprise de plasturgie Variance Technologies, concerne les sites vendéens (La Roche-sur-Yon, Aizenay). Elle porte sur 207 emplois sur 440.

Des salariés ont cessé le travail

"Variance technologies n'a pas encore complété son projet, ils en sont encore au stade de la négociation avec Cevital", selon Christian Legay, délégué CFE-CGC.

Le PDG de Variance Technologie, Francis Perrin, avait déclaré le 7 février avoir besoin d'un délai d'un mois supplémentaire pour compléter son offre, laissant planer la menace d'un possible retrait.

Depuis, les salariés des deux sites vendéens ont cessé le travail et bloquent l'accès aux usines. Une assemblée générale est prévue vendredi matin à La-Roche-sur-Yon pour décider d'une éventuelle reprise de l'activité et de futures actions, a indiqué à l'AFP Philippe Breger (CGT).

Celui-ci regrette que "les sites vendéens restent toujours à l'écart" de l'offre de Cevital.

Les représentants des salariés de FagorBrandt ont rendez-vous mercredi prochain, à 14h30, au ministère du Redressement productif, ont indiqué les deux représentants syndicaux.

D. L. avec AFP