BFM Business

En Europe, Français et Britanniques sont les moins enclins à s'expatrier

Quitte à quitter leur pays, les Français viseraient en priorité l'Allemagne puis la Suisse pour poursuivre leur carrière.

Quitte à quitter leur pays, les Français viseraient en priorité l'Allemagne puis la Suisse pour poursuivre leur carrière. - Skitterphoto - CC

Les Italiens, Polonais et Espagnols sont les plus enclins à poursuivre leur carrière à l'étranger, selon une étude ADP. Les Français ne sont que 68% à être satisfaits de leur travail -l'un des taux les plus bas d'Europe- mais la majorité d'entre eux n'envisage pas pour autant de partir ailleurs.

Les Européens ont la bougeotte: près des trois quarts des salariés envisagent de poursuivre leur carrière dans un autre pays, selon une étude réalisée par ADP dans 8 pays européens (1). Mais cette envie d'ailleurs n'est pas partagée de la même manière dans tous les pays. En tête des candidats à l'expatriation, les Italiens: 88% se disent prêts à quitter leur pays. Viennent ensuite les Polonais (86%) et les Espagnols (85%). "Ceux qui ont moins de possibilités d’emploi ou de carrière professionnelle dans leur propre pays envisageront plus vraisemblablement la possibilité de déménager ailleurs", souligne l'étude.

Les Français pessimistes sur leur avenir

Les plus "casaniers" sont les salariés du Royaume-Uni: seulement 43% envisagent de déménager hors de leurs frontières, suivis par les Français, dont seulement 46% pensent à une carrière à l'étranger. Les personnes interrogées dans ces deux pays se montrent de moins en moins confiantes dans l'avenir de leur pays sur le plan économique. Les Britanniques, affectés par l'incertitude liée au Brexit, ne sont que 76% à se montrer optimistes, soit 5 points de moins que l'an passé.

Les Français ont eux aussi une petite baisse de moral: 71% se disent confiants, soit 4 points de moins qu'en 2015. "La faible croissance de l’économie et de l’emploi affectant vraisemblablement l’attitude des salariés", pointe du doigt l'étude.

La France dans le top 3 des destinations convoitées

Concernant leur situation personnelle, les Français sont aussi parmi les plus désabusés d'Europe. Ils se sentent peu soutenus dans leur développement professionnel. 4 salariés français sur 10 partagent ce sentiment, c'est à peine mieux qu'en Italie (35%) et qu'en Allemagne (34%). Nos compatriotes sont 68% à déclarer se déclarer satisfaits de leur travail actuel. A peine plus donc qu'en Italie, qui avec 65% affiche le taux le plus bas du classement.

Pourtant aux yeux des Européens, le sort des Français reste plutôt enviable. Ils sont même clairement partants pour aller travailler en France. L'Hexagone est en effet la troisième destination préférée des Européens: 12% des sondés s'y verraient y travailler. La France est devancée par le Royaume-Uni (choisi par 15% des sondés) et l'Allemagne dont les opportunités professionnelles attirent 21% des sondés. Les Français plébiscitent aussi en priorité l'Allemagne, mais leur second choix se porte vers la Suisse, à la fois pour l'attractivité de la rémunération mais aussi pour des considérations linguistiques. 

(1) Etude effectuée auprès de 10.00 adultes actifs personnes issues de 8 pays d'Europe (Italie,Pays-Bas, Pologne, Espagne, Suisse, Royaume-Uni, France, Allemagne).

C.C.