BFM Business

Comment est redistribuée la cagnotte des cheminots

La cagnotte des cheminots atteint 1.179.296

La cagnotte des cheminots atteint 1.179.296 - JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

La cagnotte créée en solidarité avec les cheminots a commencé à être redistribuée afin d'indemniser financièrement les grévistes.

1.179.296 euros. C’est le montant atteint ce mercredi par la cagnotte lancée le 23 mars sur la plateforme Leetchi en solidarité avec les cheminots grévistes et dont la redistribution a commencé. À l’initiative d’une trentaine d’intellectuels et d’artistes, cette cagnotte doit indemniser financièrement les cheminots qui ont renoncé à leur salaire les jours de grève.

La gestion des fonds a été confiée à l’association "Solidarité cheminots grévistes 2018", spécialement créée pour accomplir cette tâche. Composée de responsables des quatre syndicats représentatifs de la SNCF (CGT Cheminots, Unsa ferroviaire, SUD-Rail et CFDT Cheminots), elle est en charge de la redistribution de plus de 1,7 million d’euros récoltés auprès de quelque 30.000 donateurs.

Les fonds directement versés aux cheminots

La cagnotte devait initialement être redistribuée aux fédérations de la SNCF proportionnellement à leur représentativité. Problème: un syndicat puissant en nombre de voix n'est pas forcément celui qui a le plus de grévistes dans ses rangs.

Il a donc été convenu de créer l’association "Solidarité cheminots grévistes 2018" pour récupérer les fonds et les redistribuer directement aux cheminots. "Après discussions avec les syndicats, la formule de l'association est apparue comme la meilleure solution", a expliqué le sociologue à l'origine de la cagnotte, Jean-Marc Salmon, à qui il avait été remis symboliquement un faux chèque d'un million d'euros lors d'un rassemblement de cheminots le 3 mai.

"L'association permet aussi de prévenir une différence de traitement et des inégalités avec les non-syndiqués", a-t-il ajouté.

Comment en bénéficier ?

La cagnotte de solidarité "s'adresse aux cheminots qui étaient en grève sur les préavis de 2 jours sur 5 définis par l'intersyndicale", indique la CGT dans une lettre d'information à ses adhérents. Pour en bénéficier, il faut "avoir réalisé au minimum 4 jours de grève pleins sur l'ensemble du mouvement", précise-t-il. Mais tous les cheminots réunissant ces critères ne toucheront toutefois pas automatiquement une aide similaire.

D'autres critères, notamment sociaux, sont pris en compte pour calculer l'indemnisation "en fonction du nombre de jours de grève, des besoins des gens, de la composition de la famille. Tous les cheminots n'ont pas les mêmes retenues sur salaire. On sera très vigilants", assure Bruno Poncet (SUD-Rail).

L'association "va gérer dossier par dossier", a-t-il assuré, soulignant qu'il y a "des couples de cheminots grévistes" dont la situation financière est encore plus difficile.

72 dossiers remontés pour le mois d’avril

Pour toucher une indemnisation, tous les cheminots doivent remplir un dossier dans lequel figurent le nombre de jours de grève qui ont été retenus et fournir leurs fiches de paie. Le bureau de l'association s'est réuni mercredi. Au total, "72 dossiers sont remontés" pour le mois d'avril "car les retenues de grève n'avaient pas encore été complètement mises en place par la direction de l'entreprise", a expliqué Laurent Brun, secrétaire général de la CGT Cheminots.

"Ce mois-ci, je pense qu'on va avoir énormément de remontées de dossiers de solidarité. Pour pouvoir aider de manière efficace avec le montant qu'on a, on espère ne pas trop dépasser les 4000 dossiers de demandes d'aides. On répartira ce qu'il y a", a-t-il ajouté. Une nouvelle réunion doit se tenir le 5 juin.

"Un problème auquel il faut être attentif, c'est que les gens qui sont le plus dans la précarité, sont aussi ceux qui se manifestent le moins", explique Jean-Marc Salmon. "Il va falloir aller chercher les gens en situation difficile", prévient-il.

20 euros par jour de grève

Pour les dossiers retenus, un remboursement fixé "sur la base de 20 euros par jour de grève" sera effectué "directement sur les comptes bancaires des grévistes", selon un tract de l'Unsa. L'intégralité de la cagnotte sera "reversée aux grévistes au fur et à mesure" et "jusqu'à épuisement", est-il également précisé.

Les indemnisations des cheminots grévistes pourraient toutefois s'étaler encore sur plusieurs mois. Prolongée une première fois jusqu'au 7 juin, Jean-Marc Salmon a déjà annoncé avoir l'intention de laisser sa cagnotte ouverte "au moins un mois supplémentaire".

Multiples cagnottes

En plus de ce dispositif exceptionnel, d’autres cagnottes représentant plusieurs dizaines de milliers d’euros ont été créées. La plateforme Leetchi en compte à elle seule plus de 200 dont 83 ont été créditées, d’après Le Parisien.

Celle de l’UNSA ferroviaire atteint plus de 16.000 euros. La plateforme Le Pot commun héberge également plusieurs cagnottes dont celle de la fédération SUD-Rail qui cumule à 92.095 euros.

De son côté, la CGT relaye un appel aux dons sur son site internet. Enfin, la CFDT est la seule confédération à disposer d’une "caisse nationale d’action syndicale", permanente et alimentée par une partie des cotisations. Elle est aujourd'hui estimée à plus de 126 millions d'euros. "À partir du deuxième jour de grève", l'adhérent ayant fait grève "reçoit une indemnité de 7 euros/h", précise le site Internet de l'organisation syndicale. Pour en bénéficier, l'adhérent doit remplir un "formulaire" et fournir les "justificatifs" nécessaires.

P.L avec AFP