BFM Business

Ayrault "ne se décourage pas" face au chômage

Jean-Marc Ayrault estime toujours que l'inversion de la courbe du chômage se fera avant la fin 2013.

Jean-Marc Ayrault estime toujours que l'inversion de la courbe du chômage se fera avant la fin 2013. - -

En visite dans le Val-d-'Oise, le Premier ministre a réagi, ce vendredi 25 octobre, aux mauvais chiffres de l'emploi pour le mois de septembre. Il a réaffirmé l'objectif d'inverser la courbe du chômage.

Jean-Marc Ayrault maintient le cap. En visite à Eaubonne, dans le Val-d'Oise, où il présidait la signature du 500ème emploi d'avenir de la SNCF, le Premier ministre est revenu sur les chiffres du chômage pour le mois de septembre. Les chiffres dévoilés jeudi 24 octobre par le ministère du Travail ont fait état de 60.000 demandeurs d'emploi supplémentaires, portant le total à un record de 3,29 millions.

"Nous nous doutions" qu'ils "ne seraient pas bons dans la mesure où le mois précédent il y a eu ce bug informatique", a-t- il déclaré. "Mais ce n'est pas, pour nous, un prétexte pour nous décourager", a ajouté le Premier ministre. "L'objectif, c'est l'inversion de la courbe du chômage à la fin de l'année. Nous, nous y croyons et nous nous battrons pour cela", a-t-il ajouté.

Le chômage est "beaucoup trop élevé"

Tout en constatant que le taux de chômage est "beaucoup trop élevé", le Premier ministre a souligné "qu'au premier trimestre, il y avait 1.000 chômeurs de plus par jour, au deuxième 600 et au troisième 200", reprenant ainsi "l'élément de langage" déjà utilisé par Michel Sapin lors de son interview sur BFMTV, ce même vendredi.

Les chiffres dévoilés jeudi 24 octobre par Pôle Emploi ont fait état de 60.000 demandeurs d'emploi supplémentaires, portant le total à un record de 3,29 millions.

150.000 emplois d'avenir en 2014

Jean-Marc Ayrault a également profité de l'occasion pour défendre les emplois d'avenir: "le gouvernement s'est fixé un objectif de 100.000 (emplois d'avenir) cette année (...) On va y arriver" et ce chiffre "va augmenter de 50% en 2014 "pour passer à 150.000", a-t-il affirmé.

"Ce n'est pas la politique du chiffre, c'est la politique de la qualité. Ca sera utile pour l'entreprise et pour les jeunes", a-t-il poursuivi.

Guillaume Pepy, le patron de la SNCF, a lui promis que son entreprise signera encore 250 contrats supplémentaires."Les emplois d'avenir, ça nous va", a-t-il déclaré.

J.M. avec AFP