BFM Business

Chômage: Sapin prévient que les chiffres de septembre ne seront pas bons

Michel Sapin, le ministre de l'Emploi, prévient que septembre sera mauvais sur le front du chômage

Michel Sapin, le ministre de l'Emploi, prévient que septembre sera mauvais sur le front du chômage - -

Le ministre de l'emploi a prévenu, ce mercredi 23 octobre, que les chiffres du chômage qui seront communiqués demain soir ne seront pas bons. En cause entre autre: le bug informatique de septembre à Pôle emploi.

C'est jeudi 24 octobre que les chiffres du chômage pour le mois de septembre seront dévoilés. Mais il ne faut pas s'attendre à une embellie sur le front de l'emploi. Le ministre du Travail, Michel Sapin, a affirmé que les chiffres du chômage ne seraient "pas bons", ce mercredi sur Europe 1. L'explication : les statistiques vont porter l'empreinte du bug de SFR du mois d'août.

L'opérateur avait connu des dysfonctionnements dans l'envoi des demandes d'actualisation : de nombreux demandeurs d'emploi n'avaient pas reçu le message de rappel et se sont retrouvés désinscrits faute d'avoir entrepris les démarches nécessaires.

"Cet incident statistique a augmenté la baisse au mois d'août, il va augmenter la hausse au mois de septembre", a expliqué le ministre. Car sur les 50.000 chômeurs en moins annoncé dans un premier temps, il n'y en aurait au final qu'entre 22.000 et 29.000.

L'OFCE ne croit pas à l'inversion de la courbe du chômage

"Le mois de septembre ne ressemblera pas au mois d'août. Il faut, si on veut regarder les tendances, prendre les deux chiffres, les mêler et on verra quelle est la moyenne des deux", a-t-il ajouté en précisant qu'il ne connaissait pas encore les chiffres de Pôle emploi.

Malgré cet incident, Michel Sapin continue d'afficher toujours la même confiance : il a rappelé l'objectif du gouvernement d'inverser la courbe du chômage en fin d'année. Et d'affirmer "on tiendra cet objectif ".

"Il y a des tendances. Les tendances aujourd'hui, elles sont au ralentissement du chômage; elles seront demain à la baisse du chômage", a-t-il estimé.

Un avis que l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) ne partage pas. L'institut de recherche économique ne croit pas à une inversion prochaine de la courbe du chômage, dans un rapport publié ce 23 octobre. En cause : une croissance trop faible pour améliorer la situation du marché du travail, à cause de l'austérité budgétaire. Il table sur un taux de chômage de 11,4% fin 2014. Mais l'OFCE dicerne un "potentiel de rebond important" pour l'économie.

Coralie Cathelinais