BFM Business

Allocations familiales: où trouver 2,2 milliards d'économies?

Les prestations familiales représentent plus de 50 milliards d'euros par an

Les prestations familiales représentent plus de 50 milliards d'euros par an - -

Selon le Haut conseil de la famille, qui se réunit le 12 mars, il faut trouver 2 milliards d'euros d'économies sur les prestations pour rééquilibrer les comptes de la branche famille en 2016, comme le réclame Jean-Marc Ayrault.

2,2 milliards d'euros sur un peu plus de 50 milliards de prestations: voilà les économies annuelles à réaliser pour rééquilibrer la branche famille de la sécurité sociale selon un rapport du Haut conseil de la famille qui sera examiné jeudi 14 mars et cité ce mardi par Les Echos.

En février, Jean-Marc Ayrault a chargé Bertrand Fragonard, le président de cette instance consultative, de lui présenter des pistes de réformes et d'économies d'ici le printemps. L'objectif de Matignon est d'arriver à un "inflechissement significatif dès 2014" du déficit de la branche vieillesse. Avec le retour à l'équilibre en 2016.

Mais ce retour devra prendre en compte les annonces de dépenses nouvelles faites récemment par le gouvernement : plan de lutte contre la pauvreté, nouvelles places en crèche... Ce qui va donc nécessiter de réaliser des économies en contrepartie. Les 2,2 milliards d'euros évoqués par le rapport correspondent donc au déficit estimé en 2016 une fois prise en compte toutes ces mesures.

Pas de propositions précises de réformes pour l'heure

Aucune piste précise ne devrait être annoncée jeudi. "Le gouvernement, il a une méthode, cette méthode consiste à faire travailler des spécialistes, et consiste ensuite à ouvrir la négociation ou la concertation avec les forces sociales, et en particulier le patronat et les syndicats, et ensuite nous prenons nos décisions", a rappelé, ce mardi matin sur France Info, Michel Sapin, le ministre de l'Emploi.

Mais il est clair que le gouvernement étudie très sérieusement un plafonnement de certaines prestations en fonction des revenus du foyer. De même qu'un nouveau plafonnement du quotient familial (l'avantage a déjà été abaissé de 2.336 à 2.000 euros par foyer fiscal dans le budget 2013).

Mais la mesure la plus symbolique et la plus délicate politiquement consisterait à fiscaliser les allocations familiales, comme le proposait d'ailleurs à l'occasion de la remise du rapport annuel de la Cour des comptes, Didier Migaud, son premier président.

La piste semble d'ailleurs être partagée à gauche comme à droite. Le 6 mars dernier, sur RTL, Alain Juppé affirmait ainsi que "la fiscalisation des allocations familiales est l'une des solutions". "Est-il normal que ceux qui ont des hauts revenus soient traités comme ceux qui ont des revenus faibles", avait ajouté l'ancien Premier ministre qui, lorsqu'il était à Matignon en 1995, avait tenté d'imposer cette réforme. Sans succès.

>> Lire aussi-

> Fiscalisation des allocations familiales: qui serait perdant?

> Les allocations familiales bientôt réformées?

> Le gouvernement temporise sur l'imposition des allocations familiales

Patrick Coquidé avec Reuters