BFM Eco

Le gouvernement britannique présente le régime douanier post-Brexit et promet des baisses de prix

62 milliards d'importations ne seront pas taxées

62 milliards d'importations ne seront pas taxées - GLYN KIRK / AFP

Le ministère britannique du Commerce international a présenté ce mardi le nouveau régime douanier qui sera appliqué par le Royaume-Uni après sa sortie de l'Union européenne. Environ 62 milliards de livres d'importations ne seront pas taxées, ce qui laisse entrevoir des baisses de prix sur certains produits.

Cacao, lave-vaisselles et sapins de Noël moins chers: le gouvernement britannique a dévoilé ce mardi le régime douanier qu'il compte mettre en place après le Brexit, faisant miroiter aux consommateurs des baisses de prix pour certains produits. Le tarif mondial britannique (UKGT), comme il est nommé, remplacera le tarif extérieur commun de l'Union européenne le 1er janvier 2021, à l'issue de la période de transition post Brexit. Il s'appliquera pour tous les pays avec lesquels le Royaume-Uni n'aura pas conclu d'accord commercial.

Ce nouveau régime, en livres et non en euros, est "plus simple" et "plus facile à utiliser que le tarif extérieur commun de l'UE", a affirmé le ministère du Commerce international dans un communiqué. Selon ce régime, "60% des marchandises entreront au Royaume-Uni en franchise de droits aux conditions de l'Organisation mondiale du commerce ou par le biais d'un accès préférentiel existant à partir de janvier 2021". Environ 62 milliards de livres d'importations ne seront pas taxées.

Aucun droit de douane ne s'appliquera à certains biens comme les lave-vaisselles, les congélateurs, mais aussi les tampons et produits hygiéniques, ainsi qu'à certains produits alimentaires comme le cacao ou la levure, selon ce nouveau régime. Pour protéger les industries britanniques, les droits de 10% sur les voitures seront maintenus, de même que sur des produits agro-alimentaires comme l'agneau, le boeuf et la volaille.

Un régime favorable "aux consommateurs et foyers britanniques"

"Notre nouveau tarif mondial bénéficiera aux consommateurs et foyers britanniques en réduisant les formalités administratives et en baissant le coût de milliers de produits du quotidien", a dit la ministre chargée du Commerce international, Liz Truss, citée dans ce communiqué. "Avec cette approche simple, nous soutenons l'industrie britannique et aidons les entreprises à surmonter les défis économiques sans précédent posés par le coronavirus", a-t-elle ajouté.

La présentation de ce nouveau régime intervient au moment où les négociations entre le gouvernement britannique et l'UE pour conclure un accord commercial post Brexit patinent. Malgré ces difficultés, les Britanniques refusent de prolonger les négociations au-delà de la fin de l'année, au risque d'un "no deal" potentiellement dévastateur pour son économie.

"L'UE veut essentiellement que nous obéissions aux règles de leur club, même si nous n'en sommes plus membres, ils souhaitent avoir le même accès à nos zones de pêche que celui dont ils bénéficient actuellement, tout en limitant notre accès à leurs marchés", a déclaré mardi le ministre Michael Gove en évoquant ces divergences de vue. "Pour faciliter les discussions", qui reprendront le 1er juin, le projet juridique complet, qui forme, avec le projet d'accord de l'UE, la base des pourparlers, a été publié mardi, a indiqué le ministre.

P.L avec AFP