BFM Business

La Chine bâtit en Croatie un pont "stratégique" financé par l'Europe

Le Premier ministre chinois, Li Keqiang, a visité il y a 8 jours le site croate où une compagnie chinoise construit le pont de Peljesac, chantier stratégique sur la côte adriatique, pour ce pays des Balkans.

Le Premier ministre chinois, Li Keqiang, a visité il y a 8 jours le site croate où une compagnie chinoise construit le pont de Peljesac, chantier stratégique sur la côte adriatique, pour ce pays des Balkans. - Elvis Barukcic-AFP

Attributaire du contrat en 2018, une firme chinoise de BTP doit construire en 3 ans un pont qui évitera au sud de la Croatie d'être coupé en deux par une enclave bosniaque. Le Premier ministre chinois est venu récemment visiter l'avancée des travaux financés... par l'Union européenne.

Les autorités chinoises ont les yeux de Chimène pour la Croatie. "Le pont de Peljesac sera à vocation pacifique et il sera sûr, reliant les deux parties de la Croatie sans continuité terrestre et préservant l’intégrité territoriale du pays", a déclaré le Premier ministre Li Keqiang de passage il y a quelques jours dans ce pays des Balkans membre de l'UE, rapportait les organes de presse officiels chinois.

"Des projets comme le pont de Peljesac peuvent inspirer une future coopération" entre l'UE et la Chine, a ajouté Li Keqiang, courtisant les pays d'Europe de l'est, pièce essentielle du vaste projet chinois de "nouvelles routes de la soie".

Le vif intérêt de Pékin pour ce futur pont routier tient au fait que le géant public chinois China Road and Bridge Corporation (CRBC) a remporté en 2017 le contrat pour sa construction. Une première pour une entreprise chinoise de BTP sur un marché public d'infrastructure d'un pays de l'UE. Moins cher que ses rivaux, CRBC s'est en outre engagé à achever les travaux en 36 mois, soit 6 mois de moins qu'exigeait le marché public des autorités croates.

Le pont à haubans doit être achevé en 2021

Le futur ouvrage, long de 2,4 km et haut de 55 mètres au-dessus de la mer, devrait être achevé en 2021. Stratégique pour le pays, il mettra fin à une aberration géographique provoquée par le découpage de l'ex-Yougoslavie: la coupure en deux de la Croatie dans sa partie méridionale.

Afin d’offrir à la Bosnie-Herzégovine, enclavée, un accès maritime à l’Adriatique, une bande côtière d’une dizaine de kilomètres lui a été attribuée autour du port de Neum (cf carte ci-dessous). Mais, ce corridor bosniaque est la seule voie de communication terrestre entre Dubrovnik et le reste du territoire croate. Séparés du reste de leur pays, les habitants de la zone de Dubrovnik doivent passer la douane et ses contrôles pour traverser un pays n'appartenant pas à l'UE afin de rejoindre leurs compatriotes.

-
- © Le pont de Peljesac (en rouge) reliera la région de Dubrovnik au reste de la Croatie en contournant la bande côtière appartenant à la Bosnie, qui entraîne une discontinuité territoriale pour les Croates. Source: Commission européenne.

En enjambant la mer Adriatique sur plus de 2 km, le futur pont permettra de contourner le corridor bosniaque, réduisant le temps de trajet entre Dubrovnik (sud) et Split (nord) ce qui améliorera le quotidien des Croates de la zone.

Membre de l'Union européenne depuis 2013, le projet croate a reçu en juin 2017 la bénédiction des autorités de Bruxelles. Celles-ci ont vu dans l'ouvrage à construire un atout majeur pour le tourisme, les échanges dans la région et la continuité territoriale du pays. La Commission décide de prendre en charge 85% du coût de l'ouvrage en lui allouant 357 millions d'euros.

L'UE finance également la réalisation d'infrastructures d'appui, comme la construction de routes d'accès, y compris des tunnels, des ponts et des viaducs, ainsi que la construction d'une voie de contournement de 8 km de long près de la ville croate de Ston et des travaux de modernisation de la route existante sur la presqu'île de Peljesac.

Près de 150 piles de pont doivent être mises en place

Se sachant attendu au tournant pour son premier contrat financé sur fonds de l'UE, le chinois CRBC a commencé sans tarder les travaux après avoir remporté l'appel d'offres en janvier 2018. La première pile permanente servant de fondation au futur pont à haubans a été mise en place le 20 janvier de cette année, un total de 148 piles devant ensuite être mis en place.

"Tout va plus vite que prévu, mais il reste encore beaucoup de choses devant nous" a déclaré il y a quelques semaines le ministre croate des Affaires maritimes, des Transports et de l'Infrastructure, Oleg Butkovic, de passage sur le chantier. Quant à la Chine, le pont de Peljesac constitue un test de sa capacité à mener dans les délais de gros projets d'infrastructure au sein de l'UE.

Frédéric Bergé