BFM Business

L'Europe accepte d'importer davantage de boeuf américain

La fièvre charbonneuse, ou anthrax, provoque une mort foudroyante chez les bovins et peut parfois contaminer l'Homme (PHOTO D'ILLUSTRATION)

La fièvre charbonneuse, ou anthrax, provoque une mort foudroyante chez les bovins et peut parfois contaminer l'Homme (PHOTO D'ILLUSTRATION) - PATRICK HERTZOG / AFP

Cet accord règle un contentieux ancien entre Bruxelles et Washington. Il intervient dans un contexte de tensions commerciales.

Voila qui ne devrait pas calmer l'inquiétude des agriculteurs, qui redoutent déjà les effets de traité de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada (Ceta). Vendredi, Bruxelles et Washington ont en effet annoncé un accord commercial, prévoyant une hausse des importations de viande de boeuf produite aux Etats-Unis.

"C'est une victoire immense" pour les éleveurs américains", s'est fécilité Donald Trump lors d'une allocution organisée à la Maison blanche en compagnie de représentants européens. Le président américain a ensuite assuré que "le boeuf américain était le meilleur du monde".

Boeuf de "haute qualité"

Un accord de principe avait été annoncé mi-juin. Négocié au nom des 28 pays membres par la Commission avec les Etats-Unis et les principaux fournisseurs étrangers de boeuf, il prévoit un quota plus important pour le boeuf américain "de haute qualité", c'est-à-dire sans hormones.

"La première année, les exportations de boeuf américain sans droits de douane vont s'accroître de 46%", a déclaré l'hôte de la Maison Blanche. "Au cours des sept prochaines années, elles vont augmenter de 90% supplémentaires", a-t-il ajouté.

La querelle sur le boeuf aux hormones remontait à 1988, quand l'Europe a interdit l'importation de viande bovine issue d'animaux auxquels ont été administrés des hormones de croissance.

Quota de boeuf étranger

En représailles, et en accord avec une décision de l'OMC, les Etats-Unis avaient imposé en 1999 des sanctions douanières sur certains produits du terroir, provoquant notamment de vives protestations en France et le "démontage" d'un restaurant McDonald's à Millau, dans le Sud-Ouest.

Aux termes d'un compromis en 2009 (amendé en 2014), les Etats-Unis avaient finalement levé leurs sanctions et l'UE ouvert un quota d'importation de boeuf étranger "de haute qualité", incluant le boeuf américain, tout en maintenant son veto sur le boeuf aux hormones.

Mais ce quota a surtout été utilisé par d'autres pays producteurs de boeuf, ce qui a conduit fin 2016 l'administration Obama à menacer l'UE de rétablir les droits de douane de 1999. La renégociation de ce mémorandum permet aux Etats-Unis de se voir garantir une part du quota.

Cette intervient un jour après l'annonce par Donald Trump de nouveaux droits de douane sur les importations chinoises, qui ravive les craintes d'une intensification de la guerre commerciale.