BFM Business

Budget: le gouvernement italien fait un pas vers Bruxelles

Luigi Di Maio, vice-Premier ministre italien.

Luigi Di Maio, vice-Premier ministre italien. - Tiziana Fabi - AFP

Le ministre du Travail et leader des 5 étoiles, Luigi Di Maio, s'est dit ouvert à ce que le déficit prévu dans le budget 2019 "diminue un peu".

Le vice-Premier ministre italien Luigi Di Maio s'est dit lundi ouvert à une baisse du niveau de déficit par rapport à ce que prévoyait initialement le gouvernement, une concession qui a entraîné un bond de 3% de la Bourse de Milan.

La Commission européenne a rejeté le 23 octobre le projet de budget italien, qui prévoit officiellement un déficit à 2,4% du PIB, et des discussions sont depuis en cours avec Rome, qui semblait jusqu'ici inflexible.

"Personne n’est bloqué là-dessus"

"Si, durant la négociation (avec Bruxelles), le déficit doit diminuer un peu, pour nous, cela n'est pas important", a déclaré lundi matin Luigi Di Maio, le leader du Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème).

Ces déclarations font écho à celles du leader de la Ligue (extrême droite), l'autre partie de la coalition au pouvoir, Matteo Salvini. Évoquant le montant du déficit, le ministre de l'Intérieur a indiqué dimanche que "personne n’est bloqué là-dessus", rapporte le site d’information italien Adnkronos. "S’il y a un projet de budget qui prévoit de la croissance pour le pays, il (le déficit) pourrait être de 2,2% ou 2,6%(...). Les décimales ne sont pas le problème, le problème est d’être sérieux et concret", a-t-il

Le gouvernement tient à son programme

Néanmoins, "le sujet n'est pas les chiffres, mais les citoyens", a noté Luigi Di Maio sur Radio radicale, en réaffirmant l'importance de mettre en place un revenu de citoyenneté pour les plus démunis, de réformer la loi sur les retraites pour permettre un départ anticipé et d'indemniser les petits épargnants ayant été floués par la faillite de banques.

Une réunion est prévue lundi soir sur le budget au palais Chigi en présence du chef du gouvernement Giuseppe Conte, du ministre des Finances Giovanni Tria et des deux vice-Premiers ministre, Luigi Di Maio et Matteo Salvini.

La Bourse de Milan a bien accueilli ces signes de détente, prenant 3% ce lundi matin. Le "spread", le très surveillé écart entre les taux d'emprunt italien et allemand à dix ans, s'est sensiblement resserré par rapport à son niveau de vendredi soir.

J.-C.C. avec AFP