BFM Business

Plan pauvreté: l'accès à la CMU complémentaire sera élargi

Parmi les 20% les plus pauvres, 12% n'ont pas de complémentaire santé.

Parmi les 20% les plus pauvres, 12% n'ont pas de complémentaire santé. - PHILIPPE HUGUEN / AFP

Le gouvernement veut faciliter l'accès à une complémentaire santé pour les moins aisés. Pour cela, il compte élargir l'accès à la CMU-C.

L'exécutif doit présenter jeudi le très attendu plan pauvreté. Parmi les mesures qu'il contient y figure l'élargissement de l'accès à la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), une prestation gratuite destinée à faciliter l'accès aux soins pour les moins aisés, selon les informations des Echos.

L'objectif est d'intégrer les personnes éligibles à l'Aide à la complémentaire santé (ACS), une prestation qui permet d'obtenir une réduction sur le coût d'une mutuelle par exemple. Pour obtenir l'ACS, il faut gagner entre 8800 euros (le plafond de la CMU-C) et 11.900 euros par an pour une personne seule.

Un prix modéré

Malgré une refonte en 2015, le non-recours à l'ACS reste important: la moitié des personnes éligibles y renonce. Le gouvernement cherche à supprimer l'ACS pour y substituer la CMU-C, en espérant augmenter le nombre de personnes couvertes. Seulement 5% des Français ne sont pas couverts par une complémentaire santé, mais ce taux monte à 12% chez les 20% les plus pauvres.

En revanche, les actuels bénéficiaires de l'ACS devraient contribuer financièrement pour être couverts, à un prix modéré. "C'est un système plus simple, il ne s'agit absolument pas d'une nationalisation de la couverture complémentaire", souligne une source gouvernementale interrogée par Les Echos.

J.-C.C.