BFM Business

Sapin juge "encourageants" les signaux de la BCE sur le niveau de l'euro

Michel Sapin estime que le niveau de l'euro pourrait contrecarrer les mesures du gouvernement visant à améliorer la compétitivité française.

Michel Sapin estime que le niveau de l'euro pourrait contrecarrer les mesures du gouvernement visant à améliorer la compétitivité française. - -

Michel Sapin a exprimé, ce 21 mai lors du Conseil des ministres, sa satisfaction de voir les inquiétudes du gouvernement concernant l'euro prises en compte par la BCE. L'Etat français juge le niveau de la monnaie unique trop élevé.

Les discussions autour de l'euro fort continuent. Michel Sapin, le ministre des Finances, juge en effet "encourageants" les signaux de la Banque centrale européenne sur le niveau de l'euro, qu'elle aimerait voir baisser, a déclaré mercredi 21 mai le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll.

Lors du conseil des ministres, Michel Sapin a estimé que le niveau de l'euro se stabilisait "et que les signaux étaient encourageants pour ce qui était des expressions du président de la Banque centrale européenne aujourd'hui, prenant en compte cette question du niveau de l'euro."

Compétitivité française

"Ce qui est souvent évoqué par certains au niveau de la BCE va plutôt dans le bon sens, c'est ce qui a été signalé ce matin", a ajouté Stéphane Le Foll, qui rapportait les propos de Michel Sapin.

Le Premier ministre Manuel Valls et le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg ont défendu récemment la nécessité de discussions européennes sur le niveau de l'euro, estimant que sa forte hausse depuis la mi-2013 était de nature à contrecarrer les effets des mesures annoncées pour améliorer la compétitivité de l'économie française.

Risques de déflation

La BCE, qui a déjà souligné à plusieurs reprises qu'elle n'avait aucun objectif de change, s'est néanmoins publiquement inquiétée de l'appréciation de la devise européenne qui alimente les risques de déflation dans la zone euro.

L'euro est revenu ce mercredi autour de 1,37 par dollar, après une pointe juste sous 1,40 au début du mois, un plus haut depuis octobre 2011. Cette poussée a amené le président de la BCE Mario Draghi à exprimer la "sérieuse inquiétude" de la banque pour le niveau de la devise dans l'environnement de faible inflation actuel. Cette déclaration a renforcé les anticipations d'un assouplissement supplémentaire de la politique monétaire de la BCE lors de sa prochaine réunion début juin.

M. K. avec Reuters.