BFM Business

Relocalisation: quand Montebourg s'inspire d'Obama

Arnaud Montebourg veut une relocalisation massive des entreprises françaises.

Arnaud Montebourg veut une relocalisation massive des entreprises françaises. - -

Le ministre du Redressement productif a une nouvelle fois appelé, ce mardi 16 juillet, les entrepreneurs français à relocaliser. Il a notamment pris comme exemple la politique menée par Barack Obama.

Une nouvelle fois, Arnaud Montebourg a appelé les entrepreneurs français à relocaliser leurs entreprises dans l'hexagone. Une politique qui pourrait bien porter ses fruits à terme, puisque le ministre du Redressement productif était en visite à Dreux (Eure-et-Loire), dans une fonderie dont le patron a abandonné la production en Chine pour rouvrir un site de production en France.

Et même si cette relocalisation s'est déroulée en 2011, notamment grâce à des aides publiques accordées par le gouvernement précédent.

Il n'empêche que les exemples sont trop rares pour faire la fine bouche. Arnaud Montebourg a donc érigé en exemple l'entreprise Loiselet, qui avait quitté la France en 2003 pour des raisons environnementales et économiques.

Avec son sens de la mesure habituel, il a déclaré: "le président Barack Obama a lancé le slogan "Let's bring our jobs back home" (ramenons nos emplois à la maison, ndlr). La France aussi doit ramener ses emplois à la maison".

"C'est le moment de réindustrialiser"

Selon lui,"la France est capable de relocaliser beaucoup de ses activités. Il y a eu des vagues de délocalisations qui ont désindustrialisé la France, c'est le moment de réindustrialiser"

"Nous avons la démonstration qu'ici, l'entreprise Loiselet a investi dans des machines outils de très haute performance, exporte et prend des parts de marché hors de France et hors d'Europe, parce qu'elle est positionnée à des prix bien meilleurs et avec une meilleure qualité que ce qui se produit en Chine. J'invite tous les entrepreneurs de France à visiter la fonderie Loiselet à Dreux pour qu'ils prennent exemple", a lancé Arnaud Montebourg.

"En Chine, cinquante personnes produisaient 1.000 pièces, aujourd'hui, quatre personnes produisent 2.000 pièces de très haute qualité", a expliqué le patron de la fonderie, Sylvain Loiselet.

Onze personnes travaillaient dans l'entreprise Loiselet en 2011. Elles sont aujourd'hui 94. "Nous serons 120 au premier trimestre de 2014", a-t-il enfin annoncé.

Y. D.