BFM Business

Politique industrielle, soutien à l'innovation… Comment relancer l'économie française?

Sur BFM Business, l'économiste Philippe Aghion estime qu'il est grand temps de repenser la politique industrielle du pays. Encore plus par temps de crise…

Comment les économistes perçoivent-ils l'impact de la crise économique? Quel regard portent-ils sur les mesures d'urgence mises en œuvre durant le confinement? Et quelle politique faut-il mener à court, moyen et long terme pour s'en extirper?

Pour obtenir des réponses, Emmanuel Macron a décidé de demander conseil ce vendredi à 10 économistes et de les convier à déjeuner afin de réfléchir, avec eux, aux "conséquences économiques et sociales de la crise". Philippe Aghion, économiste et professeur au Collège de France, était parmi eux.

Dans l'émission Inside ce vendredi, il évoque un déjeuner sous forme "d'échanges et de prise de contact" visant notamment à déterminer la manière la plus judicieuse de "protéger le travail" (…), de s'attaquer "au problème des inégalités (…), d'aborder "le problème de la politique industrielle" dans la mesure où cette crise "a révélé un gros problème de délocalisation excessive", explique-t-il.

Autres points abordés: celui du traitement de la dette publique et de la survie des entreprises. Dans tous les cas, ce déjeuner avait pour ambition de trouver le meilleur moyen de "passer ce cap le mieux possible", précise Philippe Aghion.

Repenser la politique industrielle

En matière de politique industrielle plus spécifiquement, l'économiste rappelle qu'il "ne s'agit pas de tout relocaliser. Il ne s'agit pas de dire d'un coup 'j'arrête la mondialisation', ce serait une grave erreur de devenir complètement protectionniste. C'est plutôt d'avoir une politique d'investissement".

Pour appuyer son propos, il prend l'exemple de la politique allemande qu'il conviendrait de suivre, selon lui. Pour "garder le contrôle de la chaîne de valeur dans des secteurs stratégiques", il estime que la meilleure option demeure celle de l'investissement. Le but: mettre en œuvre "une vraie politique industrielle" ainsi que des "mesures de soutien à l'innovation", poursuit l'économiste. Bien qu'il concède que "Bruno Le Maire n'a pas attendu le crise du Covid pour engager un Pacte productif". 

"Mais ça renforce l'idée du Pacte productif et notamment, par exemple, dans ce qui est pharmacie, principes actifs etc., on (la France – NDRL) est beaucoup trop dépendant de l'étranger", assure-t-il.

Au final, Philippe Aghion considère qu'il est aujourd'hui nécessaire de "créer une BARDA française" (pour "Biomedical Advanced Research and Development Authority" en anglais). Autrement dit: une organisation qui, comme aux Etats-Unis, aurait pour ambition de développer une politique industrielle dans des secteurs clés.

Julie Cohen-Heurton