BFM Eco

Le fabricant du Monopoly va supprimer jusqu'à 9% de ses effectifs mondiaux

Hasbro, le fabricant du célèbre jeu de société, a annoncé vendredi qu’il allait se séparer d’environ 500 salariés dans les différents pays du monde où il est présent, sans décrire précisément la répartition de ces coupes.

Hasbro, le fabricant de jeux de société à l'origine du célèbre Monopoly, va supprimer jusqu'à 9% de ses effectifs à travers le monde, a indiqué vendredi une porte-parole. Cette décision "difficile" est due à la nécessité de s'adapter à la façon dont les consommateurs achètent et utilisent désormais les jouets, alors que l'usage des jeux vidéo des jeux en ligne et des applications s'est démocratisé.

Hasbro, dont près de la moitié des 5.400 salariés au 31 décembre 2017 étaient basés aux Etats-Unis, ne donne ni la répartition géographique de ces coupes ni les métiers affectés. Environ 500 salariés sont concernés.

Le groupe devrait donner les détails de ce plan d'austérité lundi lors de la publication de ses résultats trimestriels."Nous faisons des changements dans le cadre de la transformation en cours de l'entreprise", a simplement indiqué la porte-parole.

Vers un rapprochement entre Hasbro et Mattel?

"Certes certains de ces changements sont difficiles, mais nous devons nous assurer que nous avons les capacités et les équipes adaptées pour rester un leader" du secteur. Et de poursuivre: "Nous ajustons les capacités en fonction de la perception que nous avons du consommateur et de la façon dont les distributeurs se positionnent".

Les fabricants traditionnels de jouets sont affectés par le déclin des jouets classiques au profit des jeux vidéo et électroniques. L'intérêt des consommateurs pour les jouets connectés est également croissant, tandis que les achats de jouets s'effectuent de plus en plus souvent en ligne, ce qui a d'ailleurs entraîné le dépôt de bilan du distributeur Toys "R" US.

Mattel, rival d'Hasbro et fabricant de la poupée Barbie, a pour sa part annoncé récemment un plan de restructuration portant sur la cession de sites de production et la suppression de 2.200 emplois à travers le monde.

Outre des économies, les fabricants de jouets classiques cherchent aussi à se développer dans la production de films en transformant les héros de leurs jouets en personnages de cinéma. Des rumeurs font également état de rapprochements, notamment une fusion entre Hasbro et Mattel.

N.G. avec AFP