BFM Business

Les femmes entrepreneurs délèguent moins que les hommes

Près de 71% des entrepreneurs sont issus d'une famille d'entrepreneurs.

Près de 71% des entrepreneurs sont issus d'une famille d'entrepreneurs. - BFMTV.com avec Infogr.am

Les femmes entrepreneurs s'investissent davantage que les hommes dans la gestion opérationnelle de leurs entreprises, une réalité qui peut handicaper la croissance de ces dernières. Ce constat a été dressé par l'étude 2014 "Hommes/Femmes, vos stratégies de développement d'entreprise", qui met en lumière les points communs et les différences entre entrepreneurs masculins et féminins.

Existe-t-il des différences entre les femmes entrepreneurs et les hommes entrepreneurs? C'est la question à laquelle tente de répondre l'étude* 2014 "Hommes/Femmes, vos stratégies de développement d'entreprise". Réalisée par l'école de Management de Grenoble et par Réseau entreprendre, elle pointe du doigt certaines disparités entre les sexes.

Les femmes délèguent moins

Premier constat, les femmes sont plus impliquées au quotidien. Ainsi, si les hommes sont 39% à déléguer certaines tâches, elles ne sont que 34,9% à le faire. Il s'agit là d'un frein à la croissance des entreprises dirigées par des femmes, note l'étude.

Cette différence aurait notamment pour cause une autre caractéristique: les femmes créent davantage d'entreprises qu'elles n'en reprennent. C'est la raison pour laquelle elles s'impliquent plus dans les fonctions opérationnelles afférentes à la vie de l'entreprise.

Les femmes sont 45% à le faire, contre 36% pour les hommes. Ce sont elles qui, par exemple, gèrent la paie des salariés, qui valident les outils de communication... 

Les femmes ont plus de parents entrepreneurs

L'étude démontre également l'importance du milieu social dans la décision d'entreprendre. Ainsi, 71,13% des entrepreneurs interrogés sont issus d'une famille d'entrepreneurs de ligne directe ou indirecte. Les femmes entrepreneurs ont plus souvent des parents qui étaient eux-mêmes entrepreneurs (45,8% contre 37,2% pour les hommes).

Les femmes privilégient aussi les réseaux

A la question de savoir quels sont les éléments les plus importants pour développer une entreprise, la réponse des femmes est identique à celle des hommes. Elles classent en premier leurs clients, en deuxième leurs salariés et en troisième leurs réseaux. Le conjoint, les proches, ou encore les associés arrivent loin derrière. 

Mais s'il n'existe pas de différence entre les sexes s'agissant de l'implication dans ces mêmes réseaux, la façon dont ils sont utilisés varie. Ainsi, selon l'étude, les hommes privilégient une approche "don contre don", c'est à dire des échanges qui ne sont pas forcément motivés par un objectif précis. Les femmes, elles, s'engagent de manière plus ciblée, afin d'atteindre un but.

* étude réalisée auprès de 813 membres du Réseau entreprendre

Maxence Kagni