BFM Business

Les élections coûteront 210 millions d'euros aux contribuables en 2014

2014 sera une année riche en élections et coûteuse pour le budget de l'Intérieur

2014 sera une année riche en élections et coûteuse pour le budget de l'Intérieur - -

En prévision des élection municipales et européennes de 2014, près de 210 millions d'euros seront inscrits au budget, soit trois plus que cette année. En revanche, les crédits destinés aux partis politiques seront en baisse.

2014 sera une année électorale. Et logiquement, le Budget anticipe les dépenses d'organisation. Selon le rapport budgétaire présenté par la députée PS Hélène Vainqueur-Christophe, les crédits concernant les élections atteindront 209,3 millions d'euros, soit 251% de plus qu'en 2013, année sans scrutins notables. Ces crédits devraient être adoptés la semaine prochaine par les députés.

Les seules élections municipales de mars coûteront 117,6 millions d'euros, dont 51 millions pour les frais de campagne des candidats, 26,5 millions pour le remboursement des "frais de propagande" et 10,8 millions pour les primes des fonctionnaires mobilisés les jours de scrutin.

Les européennes de juin, elles, coûteront 56,7 millions d'euros dont 14 millions pour rembourser les candidats et 13,7 millions pour rémunérer les personnels mobilisés.

C'est nettement moins qu'une présidentielle. Celle de 2012 est revenue à 199,7 millions aux contribuables. Quant aux législatives qui ont suivi, elles ont coûté 164 millions.

69 millions d'euros pour les partis politiques

En revanche, les crédits destinés au financement public des partis politiques vont baisser. Ils passeront de 76,3 millions d'euros cette année à 68,6 millions en 2014, soit -10%. L'explication: il y a eu moins de candidats et moins de suffrages exprimés en 2013 qu'en 2007.

Pour l’année 2013 : 68,27 millions d’euros ont été accordés aux partis et groupements politiques pour le territoire métropolitain, tandis que le montant de l’aide a atteint 1,81 million d’euros pour l'outre-mer.

Au total, note le rapport budgétaire, la retenue financière pour non respect des règles de parité a privé les partis de 6,18 millions d’euros, dont 3,93 millions pour l’UMP et 1,4 million pour le PS.

P.C