BFM Business
Economie et Social

Le coût global de la rentrée étudiante en hausse de 7,38% selon la FAGE

Selon la Fédération des Associations Générales Etudiantes, les frais de rentrée et dépenses de vie courante ont nettement progressé cette année pour atteindre 2527 euros au total.

L'inflation pèse sur le budget des étudiants. Selon la FAGE, le coût de la rentrée qui tient compte des frais de rentrée et du coût de la vie d'un étudiant s'élevera cette année à 2527 euros en moyenne, soit une progression de 7,38% par rapport à l'an passé.

Cette hausse s'explique entre autres par l'augmentation des "frais de vie courante" (1219,82 euros, +1,92%) qui regroupent le loyer et charges (552 euros), les dépenses de consommation courantes (366 euros), les transports (105 euros), les loisirs (78 euros) les repas au restaurant universitaire (66 euros) et le téléphone et internet (53 euros).

De leur côté, les frais de rentrée augmentent de 13,04%, à 1307,20 euros. Il s'agit du coût de la complémentaire santé (411 euros), des frais d'agence (250 euros), du matériel pédagogique (305 euros), de l'inscription universitaire (170 euros), de la contribution à la vie étudiante et du campus (95 euros) et de l'assurance logement (76 euros).

"L’augmentation du coût de la rentrée étudiante dresse un constat sans appel: pour la plus grande partie des étudiant·e·s, celle qui ne perçoit aucune bourse, faire face au coût réel d’une année étudiante est inimaginable sans recourir au soutien de la famille, ou à défaut, au salariat. Cette triste réalité suffit à expliquer que les jeunes issu·e·s des familles les plus modestes sont aussi celles et ceux qui ont le moins accès au diplôme ou qui présentent le plus de risques de décrochage", souligne la FAGE.

"Refonte totale du système existant"

Selon le syndicat, son indicateur de coût "révèle que la situation sociale des étudiant.e.s se dégrade considérablement, bien plus que les année passées". La Fédération appelle à se pencher "en premier lieu sur la question des aides sociales et de leur réforme".

"Les inégalités d’accès aux études, à la réussite, à l’insertion ne pourront se résorber que par une politique sociale ambitieuse: celle-ci ne pourra faire l’économie d’une refonte totale du système existant, en commençant par la réforme des bourses sur critères sociaux", conclut le syndicat.
https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis Journaliste BFM Eco