BFM Business

L'Espagne peut-elle se passer d'une aide européenne ?

Le discours de la BCE pourrait éviter à l'Espagne d'avoir à solliciter une aide de ses partenaires européens.

Le discours de la BCE pourrait éviter à l'Espagne d'avoir à solliciter une aide de ses partenaires européens. - -

Les ministres des Finances européens se réunissent à Chypre, ce  vendredi 14 septembre. Ils vont discuter en particulier d'une éventuelle aide à l’Espagne au moment où la pression est retombée sur Madrid.

L'Eurogroupe se réunit à Chypre ce vendredi. La situation de l’Espagne sera notamment à l’ordre du jour de cette réunion des ministres de l’Economie et des Finances de la zone euro.

La plupart des analystes s'attendent à ce que Madrid réclame une aide. Pourtant, la pression est retombée ces derniers jours sur l’Espagne. En effet, les taux espagnols se sont nettement détendus. Madrid emprunte à un taux relativement bas de 2,95 % sur deux ans.

Plus frappant encore, le taux à 10 ans est retombé à 5,6 %, il est à son plus bas niveau depuis six mois. Par ailleurs, la prime de risque, c'est à dire le surcout payé par l'Espagne par rapport à l'Allemagne pour emprunter sur les marchés, est en train de se réduire.

Le discours de la BCE pourrait suffire à apaiser les marchés

Ainsi, pour certains analystes, le discours de Mario Draghi, le patron de la Banque centrale européenne (BCE), pourrait être suffisamment dissuasif et permettre à l’Espagne de ne pas recourir à une aide. En effet, sa promesse de racheter des obligations de façon illimitée suffirait à apaiser les marchés et aucun investisseur n'oserait spéculer contre la puissance de feu de la BCE.

D'autres experts soulignent au contraire que l’Espagne ne bénéficie que d’un bref répit. Ils considèrent que la baisse des taux d’emprunt est précisément alimentée par les spéculations sur une demande d'aide imminente.

Caroline Morisseau