BFM Business

Hollande veut aller vite sur la "nouvelle France industrielle"

François Hollande veut accélérer le rythme de la réindustrialisation de la France.

François Hollande veut accélérer le rythme de la réindustrialisation de la France. - -

Le Président a appelé, ce mercredi 7 mai, à aller "vite" dans la mise en oeuvre des 34 plans de la "nouvelle France industrielle", ces projets lancés en septembre pour engager une révolution industrielle dans l'Hexagone.

"Je veux que ça aille vite, nous n'avons plus de temps à perdre". C'est ce qu'a déclaré François Hollande, ce mercredi 7 mai, à l'occasion d'un "point d'étape" à l'Elysée sur la "nouvelle France industrielle". La veille déjà, sur BFMTV, il avait appelé à "aller encore plus vite" dans l'exécution des réformes.

La "nouvelle France industrielle" est un dispositif créé pour porter 34 projets industriels dans des secteurs jugés porteurs, censés relancer l'industrie française.

Le chef de l'Etat effectuait une présentation sur ce thème devant un parterre d'industriels, le Premier ministre Manuel Valls et les ministres Arnaud Montebourg (Economie), Ségolène Royal (Ecologie) et Marisol Touraine (Affaires sociales).

9 des 34 projets validés

"D'ici au mois de juillet, nous aurons les 34 feuilles de routes qui seront non seulement engagées, mais validées et signées", a souligné François Hollande, précisant qu'une "vingtaine de milliards d'euros" pourront ainsi être "mobilisés", provenant essentiellement du secteur privé.

Les 34 plans sont axés sur trois grandes priorités: la transition écologique et énergétique, la santé et les nouvelles technologies. Ils concernent des domaines très variés, allant de la voiture ne consommant que 2 litres aux 100 km au TGV du futur et de l'avion électrique aux objets connectés et aux imprimantes 3D.

"Ce sont les pays qui ont une politique industrielle qui ont une grande industrie", a fait valoir François Hollande, qui voit dans ces projets industriels les "leviers pour la croissance de demain". Selon Arnaud Montebourg, "neuf de ces 34 feuilles de route ont déjà été validées par le gouvernement".

Ces projets, a rappelé le ministre de l'Economie, pourraient représenter "dans dix ans 480.000 emplois créés, 45 milliards de valeur ajoutée pour la base industrielle France et 40% d'augmentation de nos exportations" avec 3 euros d'investissements privés pour un euro d'investissements publics.

N.G. avec AFP