BFM Business

François-Henri Pinault chargé par l'Élysée de mobiliser l'industrie de la mode autour de l'environnement

François-Henri Pinault, PDG de Kering

François-Henri Pinault, PDG de Kering - AFP Eric Piermont

Dans le cadre du One Planet Lab, le PDG de Kering a été missionné pour mobiliser l'industrie de la mode et du luxe afin de réduire l'impact environnemental du secteur. Une série d'engagements et de propositions devront être formulés lors du G7 de Biarritz en août.

L'Élysée a chargé François-Henri Pinault de mobiliser l'industrie de la mode et du luxe, afin de réduire l'impact environnemental du secteur, a indiqué ce jeudi le ministère de la Transition écologique. Le PDG de Kering est pour cela appelé à réunir autour de lui un groupe de patrons représentatifs du secteur de la mode, a-t-on précisé.

"Dans le cadre du One Planet Lab, qui regroupe des acteurs et des penseurs de la transition écologique, le président de la République a demandé à un groupe de PDG de la mode dont Francois-Henri Pinault, de mener une mission pour mobiliser une masse critique d'acteurs mondiaux du textile", a indiqué la secrétaire d'Etat Brune Poirson. L'objectif est de fixer une série d'engagements et propositions, qui seront présentés lors du G7 de Biarritz en août.

"Le secteur de la mode a encore beaucoup de travail à mener pour modifier son modèle (...): c'est le deuxième secteur industriel le plus polluant au monde", souligne la secrétaire d'Etat, pour qui "il faut lui donner une direction". "Et la France, compte-tenu de son leadership économique et culturel dans le secteur de l'habillement, se doit d'être exemplaire".

Laboratoire d'idées

Lancé par le gouvernement, le "One Planet Lab", impliquant industriels, chercheurs, économistes, se veut un laboratoire d'idées pour la transition écologique. Le but étant de faire des recommandations aux décideurs politiques et de générer une "masse critique" d'acteurs.

Les participants à ce "Lab", parmi lesquels la directrice du développement durable de Kering, se sont réunis pour la première fois en mars. Ils ont présenté de premières idées à Emmanuel Macron qui, selon l'Élysée, compte en pousser certaines lors d'échéances internationales comme le G7 de Biarritz et le sommet climat de l'ONU à New York en septembre.

Paul Louis avec AFP