BFM Business

François-Henri Pinault va toucher une rémunération record de 22 millions d'euros

François-Henri Pinault, PDG de Kering

François-Henri Pinault, PDG de Kering - AFP Eric Piermont

Le PDG du groupe de luxe Kering va toucher un colossal bonus différé de près de 19 millions d'euros en plus de son salaire et de son variable. Sa rémunération atteindra le montant record de 21,8 millions d'euros pour l'année 2018.

Ce sera peut-être la plus grosse rémunération du CAC 40 pour l'année 2018. François-Henri Pinault, PDG du groupe de luxe Kering, va toucher une rémunération globale de 21,8 millions d'euros au titre de l'année écoulée, selon Les Echos. Soit une augmentation de plus de 200% par rapport à 2017 où le patron du géant du luxe (Gucci, Yves Saint Laurent, Boucheron...) avait touché une rémunération totale de 7,08 millions d'euros.

Pourquoi un tel bond dans la rémunération du grand patron sur une seule année? D'abord il faut préciser que ce n'est pas le salaire du patron de Kering qui a augmenté puisqu'il est resté stable à 1,2 million d'euros. La part variable liée aux performance annuelles a certes progressé de 38%, mais elle atteint 1,94 million d'euros. Si on ajoute les deux, on obtient une rémunération de 3,1 millions d'euros. Manque près de 19 millions d'euros pour atteindre les 21,8 millions d'euros de la rémunération globale.

Ces millions, ce sont en fait des bonus différés liés à la performance d'une unité monétaire interne appelés KMU (unités monétaires Kering). Mis en place dans certaines grandes entreprises après la loi de finance de 2013 qui est venue durcir la fiscalité sur les stock-options, ces instruments de rémunération permettent de contourner la législation sur les stock-options et les actions gratuites. La valeur de ces KMU est indexé sur le cours de Bourse de Kering (multiplié par 3,5 ces quatre dernières années). Et elles sont monétisables selon des critères de performance économique (en l'occurrence accroître le bénéfice net par action de plus de 2,5% durant trois ans).

Le patron de Dassault Systèmes encore mieux rémunéré

Ces conditions ayant été remplies, le PDG de Kering va donc pouvoir débloquer 21.000 KMU reçues en 2014 et 2015, soit l'équivalent de 18,6 millions d'euros. Portant ainsi sa rémunération globale pour 2018 à 21,8 millions d'euros. Les performances de Kering en 2018 ont atteint des records avec un résultat opérationnel qui a bondi de près de 50% à 4 milliards d'euros.

Mais si François-Henri Pinault aura probablement une des plus importantes rémunérations historiques du CAC 40 (le record de Carlos Ghosn était de 16,6 millions d'euros en 2017 en comptant Renault et Nissan), ce n'est pas le patron le mieux rémunéré de France. Ce titre revient à Bernard Charlès, le directeur général de Dassault Systèmes (qui n'était pas dans le CAC 40 avant septembre 2018). Il avait touché une rémunération de 24,6 millions d'euros pour 2017. 

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco