BFM Business

Retraite: Philippe Martinez défend une "pension minimum à 1200 euros"

Invité de BFMTV-RMC ce jeudi, le patron de la CGT plaide en faveur d'un retour de l'âge légal de la retraite à 60 ans.

Si le niveau de vie des retraités en général est supérieur à la moyenne, le plus modestes touchent parfois de toutes petites pensions même après avoir travaillé toute leur vie. Pour palier cette situation, Emmanuel Macron a annoncé, lors de son discours post-grand débat du 25 avril, l'instauration prochaine d'une retraite minimale de 1000 euros. Invité de BFMTV-RMC ce jeudi, Philippe Martinez propose un montant supérieur.

"On veut pour les carrières hachées qu’il y ait une pension minimum à 1200 euros", a précisé le secrétaire général de la CGT.

La concertation sur la réforme des retraites doit se terminer cette semaine. Malgré certaines dissonances au sein du gouvernement sur la question, l'âge légal de départ devrait être maintenu à 62 ans, comme l'a confirmé à plusieurs reprises le haut commissaire en charge du dossier Jean-Paul Delevoye.

La CGT défend le rétablissement de l'âge légal à 60 ans, avec une durée de cotisation "autour de 37 ans et demi", a détaillé Philippe Martinez, une prise en compte des études longues, un taux de référence (autrement dit le niveau de la pension par rapport au dernier salaire perçu) de 75%. 

Comment financer ce système? Bien qu'il estime que les grandes entreprises bénéficient de "beaucoup d'exonérations" sur les charges patronales, Philippe Martinez ne compte pas sur une hausse des cotisations sociales pour rassembler les recettes suffisantes. D'abord, "il faut mettre plus de monde au boulot", car baisser le chômage "c’est bon pour l’économie et ça fait des cotisations", a-t-il expliqué. Puis, "il faut payer les femmes comme les hommes, c’est d’abord une question de justice et deuxièmement c’est beaucoup d’argent". Selon lui, l'égalité salariale générerait 5 milliards d'euros de cotisations sociales supplémentaires.

Jean-Christophe Catalon