BFM Business

Les robots, futurs gardiens des datacenters?

Le robot Captain DC

Le robot Captain DC - Ubecome

Les systèmes de surveillance des centres de données peuvent être aujourd'hui renforcés par des robots blindés de capteurs qui permettent de réduire les temps d'intervention en cas d'incident et donc les dégâts. Un fabricant français en a fait sa spécialité.

Le violent incendie du datacenter OVH de Strasbourg rappelle de manière brutale la fragilité intrinsèque de ces équipements. Malgré les outils de surveillance, les sondes, les capteurs..., pannes et incidents ont tendance à se multiplier avec des conséquences dramatiques pour les clients (sites Web en carafe ou entreprises privées de leurs données).

Pour compléter les dispositifs de sécurité, la robotique pourrait venir en renfort. Le français Ubecome a développé Captain DC, un robot spécialement pensé pour la surveillance des datacenters (mais aussi des entrepôts...).

100% made in France

Avec ses 1,30 mètre et ses 70 kilos, Captain DC se déplace lentement de manière autonome dans les travées des centres de données avec une autonomie de 8 heures. Il est même capable de se recharger tout seul. C'est un robot rondier qui comme son nom l'indique effectue des rondes dans un lieu à sécuriser et alerter des humains.

Le robot Captain DC
Le robot Captain DC © Ubecome

"Plus de 65% des incidents rencontrés peuvent être évités ou résolus grâce au robot Captain DC de Ubecome. Il peut intervenir lors d’un défaut d’alimentation électrique, d’une erreur humaine, d’une fuite d’eau ou d'une température trop importante, d’une panne de générateur ou d'une panne de matériel", affirme la jeune société.

"Il est équipé du protocole SecureMobility combinant le LIDAR, les caméras volumétriques et les roues odométriques. Ses capteurs intégrés sont capables de détecter des anomalies et peuvent être adaptés en fonction des besoins du site. Il possède une caméra thermique et des sondes hygrométriques" poursuit la société qui précise que l'engin est très modulable et peut s'adapter à des demandes précises. Son prix varie de 40 à 75.000 euros en fonction des technologies qu'il embarque.

Plus de 7 millions d'euros d'investissements au global

Ubecome n'a évidemment pas attendu le terrible incendie chez OVH pour se pencher sur cette question. "Ubecome est issu d'une activité de Parrot, revendue à Econocom en 2016 où je dirigeais l'activité robotique. On sentait qu'il y aurait une demande pour des robots de surveillance de datacenter", explique à BFM Business, Chockri Baaziz, fondateur de l'entreprise et ingénieur en robotique.

Le robot Captain DC
Le robot Captain DC © Ubecome

"On a alors développé un premier cahier des charges avec des acteurs de ce marché, ça nous a permis de connaître leurs demandes essentielles et un premier prototype a été développé avant qu'Econocom décide de se séparer de cette activité que j'ai reprise à titre personnel pour créer Ubecome en 2018", poursuit-il.

La première version du robot est alors massivement améliorée côté logiciel et intelligence artificielle, des services supplémentaires sont ajoutés. Le début de la production, sur une ligne localisée dans le nord de la France, est lancé. Au total, depuis l'ère Parrot, près de 7 millions d'euros sont investis dans le projet.

Peu de demande en France malgré l'incendie d'OVH

A ce jour, le robot est déployé dans un datacenter d'Etisalat, leader des telecommunications aux Emirats Arabes Unis.

Chockri Baaziz nous explique que des projets sont bien avancés aux Etats-Unis (avec Dell) et en Grande-Bretagne.

Et en France? "Nous n'avons pas encore de clients et les projets sont tous gelés pour cause de pandémie", regrette l'ingénieur. L'incendie du datacenter d'OVH aurait du pourtant susciter des demandes... "Oui, il y en a mais pas en France, plutôt en Asie et en Grande-Bretagne. On a même contacté OVH mais nous n'avons pas eu de retour", ajoute-t-il. Et de regretter que la France, terre d'innovation en robotique, soit "comme le cordonnier, mal chaussé".

Reste que la surveillance de sites sensibles ou industriels par des robots (ou des drones comme sur le site Orano La Hague) est une tendance forte.

Selon une étude de l'Insee, "les robots de surveillance, en particulier les drones autonomes, sont de plus en plus petits et de moins en moins chers, ce qui les rend accessibles à un plus large public. Ainsi, trois sociétés utilisatrices de robots de service sur dix les utilisent en 2020, contre une sur dix en 2018".

En attendant, Ubecome poursuit le développement de ses robots avec notamment des capacités de reconnaissance faciale pour notamment repérer et valider les déplacements d'humains dans les datacenters.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business