BFM Business

Les agriculteurs victimes de la sécheresse seront exonérés d'une partie de la taxe foncière

Les agriculteurs victimes de la sécheresse vont être exonérés du paiement de la taxe foncière sur les propriétés non bâties, a décidé le ministre de l'Agriculture.

Les agriculteurs victimes de la sécheresse vont être exonérés du paiement de la taxe foncière sur les propriétés non bâties, a décidé le ministre de l'Agriculture. - Jean-Philippe Ksiazek-AFP

Les agriculteurs victimes de la sécheresse vont être exonérés du paiement de la taxe foncière sur les propriétés non bâties, a annoncé ce vendredi le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume sur l'antenne de CNews.

"Nous avons décidé d'exonérer les agriculteurs de taxe foncière sur les propriétés non bâties" a expliqué le ministre de l'Agriculture sur CNews, ce vendredi. La mesure vise les agriculteurs victime de la sécheresse. "Beaucoup de mesures ont été prises, avec notamment une avance d'un milliard d'euros supplémentaires des aides de l'UE, de la PAC, qui viendront le 16 octobre", a ajouté Didier Guillaume.

La taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) s'applique notamment aux terres et serres affectées à une exploitation agricole. Cette exonération ne s'applique pas a priori à la taxe foncière sur les propriétés bâties qui concerne les immeubles, les constructions et bâtiments élevés au-dessus du sol ou construits en sous-sol.

"Nous allons aussi reporter les cotisations de la mutuelle agricole, la MSA. Ces mesures permettront aux éleveurs d'avoir de la trésorerie au moment où ils devront acheter de la nourriture pour les animaux qui tapent actuellement dans les stocks et mangent le fourrage rentré pour l'hiver", a-t-il complété.

"La situation est dramatique, c'est la raison pour laquelle le gouvernement a pris des mesures exceptionnelles", a-t-il encore reconnu. "Nous savons que ces évènements se reproduiront vraisemblablement. Il faut penser à apporter des réponses conjoncturelles de court terme, mais regarder aussi devant pour prendre des mesures durables."

Ce vendredi, 81 départements de France métropolitaine étaient concernés par des restrictions d'eau, et 172 arrêtés de restriction d'eau étaient toujours en vigueur, selon le site Propluvia, qui recensait les restrictions publiées jusqu'à jeudi minuit. Dans 60 départements, les agriculteurs bénéficient également d'une "dérogation pour cas de force majeure" les autorisant à valoriser les jachères.

Frédéric Bergé avec AFP