BFM Business

Construction de nouveaux réacteurs EPR: Elisabeth Borne contredit le patron d'EDF

Élisabeth Borne

Élisabeth Borne - ERIC PIERMONT / AFP

Alors que le PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy a annoncé jeudi la prochaine construction de six nouveaux réacteurs EPR, la ministre de la Transition écologique a assuré que rien n'avait été "tranché" et qu'il s'agissait d'un "scénario parmi d'autres".

"ll est clair que la France se prépare à construire de nouvelles centrales nucléaires. C’est dans la mission que j’ai reçue lorsque j’ai été nommé il y a cinq ans". Jeudi, le PDG d’EDF Jean-Bernard Lévy détaillait les futurs projets de son entreprise, dévoilant le contenu d’une lettre envoyée par le gouvernement évoquant la possibilité de construire six éventuels réacteurs EPR.

Ce lundi, Élisabeth Borne a douché l’enthousiasme du patron d’EDF. "Non, ça n’est pas EDF ni son PDG qui fixe la politique énergétique du pays", a déclaré sur Europe 1 la ministre de la Transition écologique et solidaire.

Pas de décision avant la mise en route de Flamanville

Elle a rappelé que la construction de nouveaux EPR était "un scénario parmi d’autres". "Clairement, ça n’a pas été tranché", a-t-elle poursuivi, ajoutant que "l’enjeu est de proposer une électricité décarbonée, à prix abordable, pour les autres Français".

Élisabeth Borne a surtout assuré qu’aucune décision ne serait prise "avant la mise en service de Flamanville" où le lancement de l’EPR a déjà pris dix ans de retard. "La feuille de route, c’est la programmation pluriannuelle de l’énergie qui prévoit de ramener la part du nucléaire à 50% en 2035 et le développement des énergies renouvelables", a encore martelé la ministre de la Transition écologique.

Paul Louis