BFM Business

Comment la Banque de France s'efforce d'être mieux comprise du grand public

Invité de BFM Business ce vendredi, le gouverneur de la Banque de France, Geoffroy Villeroy de Galhau, a fait part de la volonté de l'institution d'adapter son langage pour être plus compréhensible.

La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé jeudi une révision de sa forward guidance. Un anglicisme barbare qui désigne un instrument de politique monétaire permettant de fixer une orientation future pour donner "de la prévisibilité aux acteurs économiques", a indiqué sur BFM Business François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France.

En l'occurence, la BCE a fait savoir que, pour relever ses taux d'intérêt, il faudra que l'inflation atteigne ou dépasse durablement les 2% dans les 12 à 18 mois. En dévoilant clairement ses intentions pour l'avenir, elle permet ainsi aux acteurs économiques de mieux ancrer leurs anticipations d'inflation. "C'est plus clair, et du coup plus crédible", a affirmé François Villeroy de Galhau.

Tout en essayant de donner à travers ses décisions davantage de visibilité aux investisseurs, aux entreprises ou aux ménages, les banques centrales veulent aussi adapter leur discours au plus grand nombre: "La complexité de nos mécanismes, de nos décisions, demeure", a-t-il reconnu. "Mais à nous de savoir (les expliquer) de façon à donner de la prévisibilité aux acteurs économiques".

Le gouverneur de la Banque de France a d'ailleurs assuré que l'institution avait déjà fait d'importants efforts pour être mieux comprise du grand public: "Sur notre analyse de la reprise économique, nous avons un langage plus clair. Nous nous étions engagés il y a quinze jours à essayer de parler de façon à être plus compréhensible auprès de l'ensemble des acteurs économiques. C'est très important parce que les orientations futures sont pour tous les acteurs économiques".

Une "politique monétaire mieux comprise sera mieux transmise"

Pour illustrer cet engagement, il a cité un communiqué de la Banque de France, "beaucoup plus court", avec "40% de mots en moins". Ledit communiqué explique notamment que "la reprise économique est en bonne voie dans la zone euro. (...) Avec le retour de la clientèle dans les magasins et restaurants, ainsi que la reprise des voyages, les dépenses de consommation augmentent". Pour François Villeroy de Galhau, ces "mots ne sont pas très habituels sous la plume des banques centrales mais ils parlent à tous".

"La politique monétaire, c'est parler des magasins et des restaurants. Il faut être compris", a-t-il martelé, estimant qu'il s'agit d'une "conviction démocratique" car "nous sommes au service des citoyens" mais également une "conviction économique" puisqu'une "politique monétaire qui est mieux comprise sera mieux transmise".

https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis Journaliste BFM Eco