BFM Business
France

Bruno Le Maire suggère de prolonger la remise carburant de 18 centimes jusqu’à la fin de l’année

Dans un entretien aux Echos, le ministre de l'Economie dit envisager de prolonger la remise sur le carburant jusqu'à la fin de l'année. Une manière selon lui de "tendre la main aux oppositions responsables".

La remise sur le carburant en vigueur depuis avril devrait durer plus longtemps que prévu. Si l’ "objectif" du gouvernement à ce stade "est de réduire progressivement" la ristourne de 18 centimes "à partir de septembre pour un fin programmée en décembre" et de la remplacer par un dispositif plus ciblé, l'exécutif n'exclut pas de revoir sa position.

"Nous avons conscience de la réalité des prix à la pompe", explique Bruno Le Maire dans Les Echos. Alors, "pourquoi ne pas envisager une prolongation de la remise de 18 centimes jusqu’à la fin de l’année, si les conditions économiques le nécessitent, plutôt que nous lancer dans des mesures fiscales extrêmement dispendieuses?", suggère le ministre de l’Economie en faisant référence aux propositions d’une partie de l’opposition.

Parmi elles, la baisse de la TVA sur l’essence ou encore le blocage des prix du carburant: "C’est promettre la lune!", assure Bruno Le Maire. Avant d’expliquer "qu’avec un prix au litre aujourd’hui à 2,20 sans remise de 18 centimes, cela représenterait une dépense de 50 milliards d’euros pour l’Etat soit plus que le budget du ministère de la Transition écologique. Et tout cela pour subventionner une énergie fossile! Revenons à la raison".

Un dispositif "complémentaire" plus ciblé

Malgré tout, "nous voulons continuer à protéger les Français en tenant nos comptes", a promis Bruno Le Maire, pour qui le gouvernement devra "trouver des compromis avec ceux qui à gauche comme à droite sont prêts à nous suivre sur cette voie de responsabilité". Proposer de maintenir la remise sur le carburant à 18 centimes jusqu’à la fin de l’année est donc une manière de montrer que le gouvernement est "prêt à tendre la main aux oppositions responsables".

Quid alors du nouveau dispositif plus ciblé censé remplacé la remise de 18 centimes? Il s’agira finalement d’un "dispositif complémentaire qui, là encore, doit faire l’objet d’une discussion avec les parlementaires", détaille Bruno Le Maire. Et de conclure: "Nous voulons soutenir davantage les moins aisés qui sont obligés de prendre leur voiture pour se rendre au travail, salariés, professions indépendantes ou alternants".

https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis Journaliste BFM Eco