BFM Business

Brune Poirson: seuls "26% des emballages plastiques sont recyclés" en France

Invitée ce mercredi sur RMC et BFMTV, la secrétaire d'État à la Transition écologique a défendu sa loi antigaspillage, égrenant différentes mesures pour lutter notamment contre les déchets plastiques qui représentent "80% des déchets retrouvés dans les océans".

Le projet de loi antigaspillage "pour une économie circulaire" débarque ce mercredi en conseil des ministres. Parmi les différentes mesures inscrites dans ce texte, nombre d'entre elles visent à lutter contre les emballages plastiques. Et pour cause, seuls "26% des emballages plastiques sont recyclés" en France, a déclaré ce mercredi matin sur BFMTV et RMC la secrétaire d'État à la Transition écologique Brune Poirson.

Chargée de défendre cette loi, elle a ajouté que "80% des déchets retrouvés dans les océans sont des déchets plastiques". Ainsi, le gouvernement prévoit d'interdire dès l'année prochaine le plastique à usage unique (gobelets, assiettes, couverts, pailles...). Il s'agit de "tous ces objets du quotidien qu'on utilise quelques secondes et qu'on jette tout de suite", a précisé la secrétaire d'État à la Transition écologique. 

Pacte national avec les entreprises

L'exécutif souhaite que 100% des déchets plastiques soient recyclés en 2025. Et Brune Poirson assure ne pas avoir attendu le projet de loi antigaspillage pour commencer à travailler sur ce sujet avec les industriels et distributeurs. "On a déjà fait un pacte national sur les emballages plastiques avec toute une série d'entreprises. Certaines sont pionnières comme Carrefour ou Monoprix", a-t-elle souligné. 

Selon elle, ces grands groupes se sont déjà "engagés à réduire le suremballage et à commercialiser des emballages en plastique composés à 60% de matière recyclée d'ici 2022". "Il y a des ONG et des associations [...] qui vont venir vérifier chaque année" si les engagements sont respectés, a-t-elle poursuivi. 

Souhaitant aller "encore plus loin" dans le recyclage du plastique, Brune Poirson a rappelé que la loi antigaspillage prévoyait également la mise en place d'un "système pour aller récupérer ce plastique avant qu'il ne finisse dans l'environnement en encourageant les entreprises à intégrer plus de matière plastique recyclée dans les produits qu'elles commercialisent, en luttant contre le suremballage par le biais d'un système bonus-malus". Un large dispositif de consigne doit également voir le jour pour répondre à la situation d'aujourd'hui qui "est au bord de la jungle", a estimé la secrétaire d'État. 

Paul Louis