BFM Business

A Lille, la 5G s'allume avec de nombreuses contraintes pour les opérateurs

Inclusion numérique, ateliers, équipements pour les jeunes, énergies renouvelables... la 5G dans la ville nordiste se veut raisonnée.

Comme dans beaucoup de villes, l'arrivée de la 5G a suscité pas mal d'inquiétudes. A Lille, un moratoire sur les déploiements a même été appliqué en octobre dernier.

Ce moratoire a donné lieu a d'intenses négociations entre la mairie de Martine Aubry, les habitants et les opérateurs qui ont débouché sur un accord cadre en mai et l'arrivée officielle de la 5G dans ville ce 15 juillet.

Cet accord comprend une série d'obligations pour "des déploiements raisonnés", des obligations pas seulement techniques ou sanitaires (avec la limitation des émissions d'ondes) mais également orientées vers l'inclusion numérique. Ce qui est relativement nouveau dans l'historique un peu tendu entre les opérateurs et les municipalités.

"Il y a des villes qui ont fait beaucoup de bruit, et qui ont finalement ouvert la 5G aux opérateurs. Seuls Lille et Paris ont mené ce travail", résume ainsi Martine Aubry.

Concrètement, quels sont ces engagements?

L'accord prévoit que chaque opérateur "accompagne les acteurs du territoire (collectivités locales, associations et centres sociaux) dans le cadre de la coordination de l’inclusion numérique pilotée par la Métropole Européenne de Lille".

Permettre la démocratie en ligne

Dans une déclaration complémentaire, Orange s'engage par exemple à organiser des ateliers de formation au numérique pour 500 Lillois. L'opérateur historique se fixe également des objectifs chiffrés de collecte de vieux téléphones et de ventes de terminaux reconditionnés.

SFR (une filiale du groupe Altice tout comme BFM Business) promet d’équiper 2000 étudiants en clés 4G et en recharges prépayées et de soutenir une campagne de formation au numérique pour 300 Lillois.

L'opérateur au carré rouge s'engage par ailleurs à alimenter ses antennes lilloises à 100% en énergies renouvelables, et d’expérimenter dans ses boutiques des green zones afin de mettre en avant des smartphones reconditionnés.

Les opérateurs ont également promis de favoriser "sur le territoire lillois, les connexions permettant les bons débits pour permettre la démocratie en ligne".

Un comité veillera au suivi de la mise en œuvre des engagements et au bilan des actions engagées.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business