BFM Business

Yann Galut (PS): "nous devons durcir la loi sur l'évasion fiscale"

Yann Galut, député (PS) et rapporteur du projet de loi contre la fraude fiscale, était l'invité de BFM Business, ce jeudi 10 octobre.

Yann Galut, député (PS) et rapporteur du projet de loi contre la fraude fiscale, était l'invité de BFM Business, ce jeudi 10 octobre. - -

Le rapporteur du projet de loi contre la fraude fiscale était l'invité de BFM Business, ce jeudi 10 octobre. Il a affiché sa volonté de durcir la loi, tout en refusant d'établir un lien entre les hausses d'impôts et l'évasion fiscale.

Au lendemain de la présentation d'un rapport édifiant sur la fraude fiscale, la question demeure: comment lutter contre ce fléau ?

Yann Galut, député socialiste et rapporteur du projet de loi contre la fraude fiscale, était l'invité de BFM Business, ce jeudi 10 octobre. Il d'abord confirmé des chiffres qui donnent le tournis: l'évasion fiscale "représente entre 40 et 80 milliards d’euros par an. Le budget de l’Education nationale, c’est 60 milliards par an."

"Si on récupérait ne serait-ce que 15 milliards d’euros, vous imaginez ce que cela représenterait en non augmentation des impôts", a-t-il poursuivi. "Nous avons devant nous une manne financière que nous nous devons de récupérer, afin de stabiliser notre budget."

150.000 comptes de Français en Suisse

Les actifs français placés à l'étranger représenteraient ainsi 600 milliards d'euros. Un chiffre confirmé par Yann Galut: "c’est énorme, c’est à peu près la somme que l’on imagine se trouvant à l’extérieur de la France. Pour la Suisse, cela représente entre 95 et 100 milliards d’euros, et il y aurait près de 150.000 comptes de Français en Suisse."

Que faire, alors? "Nous nous devons de durcir la loi, pour qu’une grande partie de cet argent qui s’évade de France revienne dans notre pays pour être affecté à notre budget."

Pas de lien entre hausse d'impôts et évasion fiscale

L'élu socialiste refuse, par contre, d'établir un lien quelconque entre le montant des impôts et l'évasion fiscale.

"La France est victime de cette évasion fiscale à hauteur de 8% de la richesse nationale, mais c’est un phénomène mondial. Il n'y a aucune corrélation entre le montant des impôts et l’évasion fiscale", a-t-il assuré, prenant pour exemple "l’Allemagne, qui en est victime beaucoup plus que la France."

Y. D.