BFM Business

Quatre Français sur dix ont déclaré leurs revenus en ligne en 2015

En 2015,  près de 15 millions de personnes ont préféré la télédéclaration pour que soit établi le montant de leur impôt sur le revenu,

En 2015, près de 15 millions de personnes ont préféré la télédéclaration pour que soit établi le montant de leur impôt sur le revenu, - Etienne Laurent - AFP

Le nombre de contribuables qui ont préféré la télédéclaration est en hausse de 12% par rapport à 2014.

Quatre Français sur dix ont choisi cette année de déclarer leurs revenus en ligne. En tout, en 2015, 14.597.507 usagers ont préféré la télédéclaration pour que soit établi le montant de leur impôt sur le revenu, soit 40,2 % des foyers fiscaux, a annoncé vendredi le ministère des Finances. Un chiffre en hausse de 12% sur un an, précise Bercy dans un communiqué.

"C'est une progression de près de 12% par rapport à l'année 2014", souligne Bercy, qui assure que "ces résultats traduisent les efforts constants de la direction générale des Finances publiques (DGFiP)" pour rendre "plus accessibles et plus simples les services du site impots.gouv.fr".

Le prélèvement à la source engagé dès 2016

Le gouvernement a annoncé en juin l'instauration de la retenue à la source de l'impôt sur le revenu en 2018, mettant fin à un mode de perception qui fait de la France une exception parmi les grands pays développés. Afin de préparer cette réforme, dès le projet de loi de finances 2016, à l'automne, de premiers jalons doivent être posés pour encourager la télédéclaration et le paiement mensualisé de l'impôt sur le revenu.

L'instauration de l'impôt à la source ne supprimera pas néanmoins la nécessité de remplir une déclaration de revenus, pour informer le Fisc notamment des changements de situation personnelle intervenus en cours d'année.

100 millions d'euros à économiser sur l'affranchissement

Selon un rapport transmis début juin par Bercy au parlement, l'administration fiscale pourrait réaliser 100 millions d'euros d'économies en frais d'affranchissement d'ici cinq à dix ans en supprimant l'envoi d'avis d'imposition papier.

Selon le rapport, "les frais d'affranchissement de la DGFiP se sont élevés à 202 millions d'euros en 2014", traduisant l'envoi de quelque 360 millions de plis, comprenant notamment les déclarations et les avis d'impôt sur le revenu mais aussi la taxe d'habitation ou l'impôt sur les sociétés.

V.R. avec AFP