BFM Business

Pour l'Insee, la France renoue avec la croissance

La croissance française a renoué avec le vert au deuxième trimestre 2013.

La croissance française a renoué avec le vert au deuxième trimestre 2013. - -

La croissance française s'est établie à 0,5% au deuxième trimestre, selon une première estimation de l'Insee publiée ce mercredi 14 août. Un chiffre qui conforte les déclarations de François Hollande et de Pierre Moscovici et qui dépasse largement les attentes.

C'est une bonne surprise. La France sort officiellement de la récession, ce mercredi 14 août. Après un dernier trimestre 2012 et un premier trimestre 2013 dans le rouge, la croissance française a renoué avec le vert au deuxième trimestre. Selon la première estimation de l'Insee, le PIB a ainsi progressé de 0,5%, sur cette dernière période.

Mais ce chiffre dépasse largement les prévisions qui avaient été établies à la fois par la Banque de France et l'Insee, qui tablaient sur 0,2% de croissance pour cette période de l'année.

Cette bonne surprise n'est pas que française. Quelques minutes après l'Insee, l'Allemagne a publié une croissance en hausse de 0,7% pour le deuxième trimestre, qui a, là encore, dépassé les attentes.

Un signe de reprise encourageant

Le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici a, immédiatement, réagi, déclarant que cette croissance surprise "amplifie les signes encourageants de reprise".

"La reprise de la croissance en France reflète aussi le raffermissement de la demande intérieure. Les ménages ont accru leurs dépenses de consommation (+0,4 % après -0,1 % au 1er trimestre 2013). Les entreprises, dont les perspectives de débouchés se redressent progressivement, ont quasiment stabilisé leurs investissements ce trimestre (-0,1 % après -0,9 %) et commencé à reconstituer leurs stocks (contribution de +0,2 point de PIB à la croissance), signes d'une plus grande confiance", commente Bercy dans son communiqué.

Cette croissance plus forte qu'anticipée conforte également le discours du gouvernement qui a multiplié les discours rassurants sur la conjoncture. Mardi, Pierre Moscovici déclarait que "l'économie va mieux" tandis que le 14 juillet, François Hollande assurait que "la reprise est là".

La production redevient dynamique

Au finale la demande intérieure a contribué pour 0,3 points des 0,5% de croissance.Dans le détail, outre la reprise de la consommation des ménages et l'amélioration des magres des entreprises, L'Insee note plusieurs autres points positifs.

> La production de biens et de services "redevient dynamique", progressant de presque 1% (0,9%) après avoir stagné, lors du premier trimestre

> Les exportations repartent à la hausse, progressant de 2%. Certes, comme les importations augmentent de concert (+1,9%) la contribution du commerce extérieur au PIB est nulle. Mais ces deux progressions reflètent une amélioration de la compétitivité et de la demande interne.
> L'acquis de croissance est positif. L'Insee note que l'acquis de croissance, c'est à dire l'élan donné à l'économie pour poursuivre sur sa lancée, ressort à 0,1%, à la mi-année. Autrement dit, si le PIB stagne lors des prochains trimestres, l'économie augmentera de 0,1%, soit la prévision du gouvernement pour 2013.

La "volonté" des entreprises

Pour l'économiste Jean-Paul Betbèze, interviewé sur BFM Business ce mercredi, ces chiffres montre un effet "presque mécanique de la part des ménages" et "quelque chose de volontaire de la part des entreprises".

"Les entrepreneurs ont dit 'nous voulons remonter la pente, nous devons avancer", a-t-il poursuivi.

Si l'économiste souligne que les entreprises "sont en difficultés", il note des signes ecourageants. "On voit que les entrepreneurs recommencent à demander des crédits", a-t-il ainsi fait remarquer.

|||sondage|||1064

Julien Marion