BFM Business

Moins de fonctionnaires mais mieux payés!

Dans l'Education nationale, un fonctionnaire français gagne 30% de moins qu'en Allemagne.

Dans l'Education nationale, un fonctionnaire français gagne 30% de moins qu'en Allemagne. - -

Si les fonctionnaires ont connu une baisse de leur pouvoir d'achat moins prononcée que les salariés du privé, leur rémunération reste faible. La solution: diminuer leur nombre mais augmenter leurs salaires pour un service public plus efficient.

La rigueur, c’est aussi pour les fonctionnaires, puisque leur rémunération a baissé pour la première fois entre 2010 et 2011, nous dit l’Insee.

Les trois catégories de fonctionnaires sont concernées. Les agents de la fonction publique d’Etat (les ministères et les grandes administrations) ont perçu en moyenne 0,1% de moins qu’en 2010 une fois déduite l’inflation. Ils s’en tirent un peu mieux que les agents du secteur public hospitalier (-0,6% compte tenu de l'inflation), qui s’en tirent eux même mieux que les fonctionnaires des collectivités locales (-0,8%).

Une même explication à cette baisse : le gel du fameux point d’indice, qui sert de base à la grille des rémunérations. Pour autant les fonctionnaires s’en tirent mieux que les salariés du privé. Si on regarde le salaire mensuel de base (SMB), la référence sur la feuille de paie, il a baissé de presque 1 point en 2011. Et tendance est sans doute sous-estimée car le salaire mensuel de base ne prend pas en compte les primes, les gratifications et les rémunérations des heures supplémentaires.

Des chiffres moins critiques qu'à première vue

Or cette partie variable de la rémunération est particulièrement faible quand la conjoncture est dégradée. De plus, il s'agit du salaire mensuel de base: il ne reflète donc pas les salaires effectivement touchés par les salariés à temps partiel ou les intérimaires dont la durée d'emploi peut avoir baissé.

Enfin côté fonctionnaires, les chiffres sont moins critiques qu’ils en ont l’air puisque si on ne prend en compte que les salaires des fonctionnaires restés en place en 2010 et 2011 (tout de même 2 sur 3), il y a bel et bien, même compte tenu de l’inflation, une hausse des rémunérations grâce aux promotions automatiques à l’ancienneté.

Un "mammouth" qui manque de compétitivité

Ce faisant, la France fait le contraire de ce qu’ont fait tous les pays qui ont su réformer leur administration. C'est à dire faire ce qu’avait proposé Nicolas Sarkozy dans sa campagne de 2007 et un peu moins clairement François Hollande : avoir moins de fonctionnaires mais mieux payés.

Cela n’aurait que des avantages: une dépense publique plus faible, des fonctionnaires mieux formés et plus motivés, et donc un service public qui contribue davantage à la compétitivité du pays.

Malheureusement, les nôtres sont toujours aussi nombreux et mal payés (la baisse des effectifs de 2011, la première, relève plus de la stabilisation que d’une vraie diminution). Exemple le plus frappant: l’Education nationale. Un enseignant gagne 30% de moins en France qu’en Allemagne, mais le fonctionnement de l’administration "Education nationale" coûte 19 milliards de plus qu’en Allemagne. Le mammouth que voulait combattre Claude Allègre est toujours bien vivant !

Emmanuel Lechypre