BFM Business

Le déficit public a dérapé en 2012 à 4,8% du PIB

Le déficit public a dérapé en 2012

Le déficit public a dérapé en 2012 - -

Alors que le déficit 2013 devrait atteindre 3,7% et non 3%,celui de l'an dernier est de 4,8% selon l'Insee. C'est plus que les 4,5% espérés initialement par le gouvernement Ayrault. La dette publique est à son record.

Mauvaise nouvelle pour François Hollande et son gouvernement: le déficit public n'a été ramené en 2012 que de 5,3% à 4,8% du produit intérieur brut (PIB), soit un dérapage par rapport à l'objectif du gouvernement qui visait 4,5%, en accord avec ses partenaires européens. C'est ce que vient d'annoncer l'Insee, vendredi 29 mars.

Le dette publique a, elle, continué d'exploser. Elle atteignait fin 2012 le record de 90,2% du PIB, soit davantage que les 89,9% prévus par le gouvernement. Elle s'élevait à 85,8% en 2011.

L'Insee note que fin 2012, la dette publique notifiée à Bruxelles s’élève à 1 833,8 milliards d'euros. Elle correspond à la dette brute consolidée en valeur nominale du secteur des administrations publiques.

 Dans le détail, les dépenses sont passées de 55,9% du PIB en 2011 à 56,6% en 2012. Elles augmentent plus vite que le PIB en valeur (+1,6%).

Le taux de prélèvements obligatoires est, lui, conforme aux prévisions mais il augmente : 44,9% du PIB en 2012 contre 43,7% en 2011, "sous l'effet de la hausse des impôts" (+5,3%), a précisé l'Insee.

>> Lire aussi- Le PIB a stagné et le pouvoir d'achat a reculé en 2012

Ajustement structurel

Immédiatement après la publication des chiffres de l'Insee, Pierre Moscovici et Bernard Cazeneuve, ont publié un communiqué précisant que "ces dépassements exceptionnels et conjoncturels ont été en partie compensés par une stricte maîtrise de la dépense, permettant un ajustement du solde structurel de 1,2 point de PIB en 2012, en ligne avec les prévisions".

"S'il n'y avait pas eu les mesures correctrices, celles que nous avons prises cet été, avec une croissance nulle en 2012, le déficit aurait été supérieur à 5,5% du PIB", a ajouté, ce vendredi, Pierre Moscovici, sur RTL.

Les ministres de l'Economie et du Budget ajoutent : "hors événements exceptionnels, la dépense publique a évolué de +0,7 % en volume, soit un rythme très inférieur à celui enregistré en moyenne au cours des cinq dernières années" (+1,7 %). Sur les dépenses de l'Etat comme celles de santé, ils constatent également qu'elles "ont été inférieures aux objectif fixés".

P.C et AFP