BFM Business

Impôts: Valls va cibler le bas des classes moyennes

Manuel Valls ne devrait pas faire de geste fiscal pour les classes moyennes supérieures

Manuel Valls ne devrait pas faire de geste fiscal pour les classes moyennes supérieures - Martin Bureau - AFP

Le Premier ministre tient ce mardi 16 septembre son deuxième discours de politique générale devant les députés. Il pourrait en dire plus sur les baisses d’impôts qui devraient concerner uniquement les classes moyennes les moins aisées.

Manuel Valls s’apprête à passer son deuxième grand oral. Moins de six mois après le premier, le chef du gouvernement prononce ce mardi 16 septembre son deuxième discours de politique générale devant les députés.

Une épreuve à grand enjeu pour le Premier ministre. Selon Le Monde, il aurait ainsi confié à son entourage que "si d'ici trois à six mois, la situation ne s'est pas inversée, ce sera foutu". Des propos qu'a ensuite récusés Manuel Valls, dénonçant le manque de "sérieux" de ces déclarations.

En avril dernier, le chef du gouvernement avait annoncé de nombreuses mesures. Cette fois, Manuel Valls pourrait tenter de convaincre les députés en dévoilant les baisses d’impôts censées être contenues dans le Budget 2015, qui doit être présenté le 1er octobre prochain.

Pour le moment, l’exécutif a surtout concentré les efforts fiscaux sur les ménages modestes. En juin, le gouvernement a ainsi inclus dans le Budget rectificatif une réduction d’impôt de 350 euros pour un célibataire (700 euros pour un couple) gagnant 1,1 Smic ou moins.

Un effet de seuil

Le problème de cette mesure est qu’elle est venue s’empiler avec d’autres dispositifs favorisant les faibles revenus, comme la décote introduite en 2012 sous Ayrault. Ce qui a eu pour conséquence de renforcer l’effet de seuil qui existe pour un ménage qui passe de la non-imposition au bas du barème de l’impôt de revenu, pénalisant ainsi les revenus moyens les plus faibles.

Le gouvernement devrait s'attaquer à ce problème dès le Budget 2015, via une réduction d'impôts pour les classes moyennes. Néanmoins, ce fameux geste fiscal promis dès mai dernier par Manuel Valls risque d'être limité, encore une fois, aux revenus les moins aisés. François Hollande, le 14 juillet dernier, avait indiqué que seulement “des centaines de milliers de Français” issus de la classe moyenne en bénéficieraient.

Les classes moyennes sur leur faim

Selon France 2, les baisses d’impôts pour 2015 ne concerneraient que les personnes gagnant (pour un célibataire) moins de 2.200 euros nets par mois. La mesure de Valls pourrait ainsi simplement pérenniser et élargir un peu la réduction d’impôt inscrite dans le budget rectificatif, en reprofilant le bas du barème de l’impôt sur le revenu.

Un geste en peau de chagrin qui risque ainsi de laisser le gros des classes moyennes sur leur faim. Car si l’exécutif a multiplié les initiatives pour les bas salaires, les hausses d’impôts décrétées depuis 2013 n’ont pas épargné les revenus moyens. 

Problème: ces mesures ont pu se traduire par un certain mécontentement. Selon un sondage Harris Interactive pour l’émission Capital du 7 septembre dernier, 74% des personnes appartenant à la classe moyenne estiment que la politique du gouvernement est plutôt injuste envers leur catégorie sociale.

Julien Marion