BFM Business

En 2018, les radars vont rapporter un pactole sans précédent à l'État

En 2018, les radars automatiques devraient rapporter 100 millions d'euros de plus qu'en 2016. (image d'illustration)

En 2018, les radars automatiques devraient rapporter 100 millions d'euros de plus qu'en 2016. (image d'illustration) - Joël Saget - AFP

En raison d'une hausse du nombre de radars automatiques installés sur les routes françaises, les contraventions dressées pour excès de vitesse devraient rapporter, l'an prochain, plus de 1 milliard d'euros à l'État.

Année après année, les radars automatiques rapportent toujours plus à l'État. Selon la Sécurité routière, ces appareils devraient générer en 2018 des recettes sans précédent: plus de 1 milliard d'euros à l'État. Le ministère de l'Intérieur anticiperait-il un moindre civisme chez les automobilistes? Pas du tout. En fait, la prévision repose sur l'élargissement du parc de radars (une centaine de plus), sur l'amélioration de certains équipements et, enfin, sur le fait que certaines amendes vont devenir plus salées. 

D'après le projet de loi de finances 2018, les recettes des amendes "issues des infractions constatées par la voie du système de contrôle-sanction automatisé et des infractions aux règles de la police de la circulation" devraient atteindre précisément 1,029 milliard d'euros l'an prochain. En 2016, les radars automatiques avaient permis à l'État de récolter 920 millions d'euros.

Les recettes des radars ne cessent d'augmenter 

"Nos radars sont extrêmement fiables, de sorte que quiconque respecte les limitations de vitesse -et je note que 80% des permis de conduire ont leur douze points- ne paiera pas des amendes issues des radars", a commenté le délégué interministériel à la sécurité routière Emmanuel Barbe sur RTL.

De plus, les anciens radars sont peu à peu "remplacés par des radars avec des compétences élargies, comme flasher dans les deux sens, ou discriminants, c'est-à-dire qu'ils peuvent différencier des poids lourds des voitures", explique ce responsable. 

"Il va être rendu public dans quelques jours un rapport, qui montre l'utilisation des fonds des recettes des radars, et vous verrez qu'elles vont à 88% dans l'entretien des routes", a-t-il dit.

Depuis quelques années, les recettes de radars n'ont cessé d'augmenter, mais la mortalité routière, elle, connaît sa troisième année d'augmentation consécutive, une première depuis 1972.

A.M. avec AFP