BFM Business

Combien coûtent (et rapportent) vraiment les radars   

4.200 radars sont installés au bord des routes

4.200 radars sont installés au bord des routes - François Lo Presenti-AFP

L'an dernier, l'Etat a dépensé 190 millions d'euros pour faire fonctionner les 4.122 radars routiers, selon les chiffres que vient de transmettre Bercy. Les amendes générées par les radars ont rapporté 612 millions. Au final, le bénéfice pour l'Etat est de 420 millions.

C'est la hantise des automobilistes qui trouveront toujours trop cher de les entretenir. L'an dernier, selon les chiffres que vient de transmettre Bercy aux parlementaires, les 4.122 radars installés le long des routes et autoroutes françaises ont nécessité 94 millions d'euros de crédits pour leur installation et leur fonctionnement. 

Mais à ces 94 millions, il faut ajouter 92 autres millions destinés à financer le centre de traitement des contraventions automatisés de Rennes qui gère les 10 millions d'amendes envoyées annuellement aux automobilistes flashés par un radar. Au total donc, le coût réel des radars a atteint près de 190 millions.

Coût du vandalisme

Le principal poste de dépense concerne l'entretien et la réparation des matériels en place. En 2014, 53 millions ont été affectés à ce poste malgré une baisse de 11,6% des actes de vandalisme. 

Le coût moyen d'entretien d'un radar fixe, les plus nombreux avec 2.193 exemplaires, était de 14.233 euros. Celui d'un radar installé sur un feu rouge se limitait lui à 4.607 euros. En revanche, les radars "vitesse moyenne" (en fait deux radars couplés et installés à quelques centaines de mètres de distance pour mesurer la vitesse moyenne) a culminé à 37.450 euros. Heureusement, il n'y en a que 63 installés. 

Second poste de dépense, l'achat de 32 nouveaux radars destinés à remplacer des modèles obsolètes ou hors d'usage. L'Etat y a consacré 18 millions d'euros en 2014. Chacun des 160 radars mobiles (embarqués dans un véhicule de police ou de gendarmerie) a coûté 69.800 euros. Mais les radars "vitesse moyenne" ont un coût largement supérieur: 145.000 euros ! 

Mauvaise nouvelle enfin pour les automobilistes appuyant trop fort sur l'accélérateur, le taux de disponibilité des radars, en clair ceux qui fonctionnent vraiment, a augmenté: il était de 92,6% l'an dernier contre 86,5% en 2012. 

Les radars au secours du désendettement de l'Etat

Heureusement pour le budget de l'Etat, les radars génèrent aussi des recettes. Selon le récent rapport de la Cour des comptes sur l'exécution du budget 2014, le produit des amendes forfaitaires issues du contrôle automatisé a été de 612 millions d'euros, soit une hausse de 6% par rapport à 2013. Il n'atteint toutefois pas le record de 2012: 620 millions! Sur ce montant, 170 millions sont allés aux collectivités locales pour développer les transports en commun et financer des opérations de sécurité routière. 

Au total, les amendes à la circulation et au stationnement -qu'elles proviennent ou non des radars- ont atteint 1,56 milliard en 2014, soit une baisse de 2% malgré la bonne "performance" des radars. 

Une partie de ces recettes va obligatoirement au désendettement de l'Etat. En 2014, 415 millions ont ainsi été affectés à la réduction du déficit budgétaire. En 2013, cette contribution atteignait 463 millions, et 517 millions en 2012 ! 

P.C