BFM Business

Budget de la Défense: un régiment dissous, le Val-de-Grâce perd ses activités médicales

L'Hôpital militaire du Val-de-Grâce va être transformé en centre de recherches.

L'Hôpital militaire du Val-de-Grâce va être transformé en centre de recherches. - Patrick Kovarik - AFP

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a précisé, ce mercredi 15 octobre, les restructurations qui toucheront les armées en 2015. L'hôpital du Val-de-Grâce va ainsi être transformé en centre de recherche. Ses activités médicales seront transférées.

Clap de fin pour les activités médicales de l'hôpital du Val-de-Grâce. En détaillant les restructurations qui affecteront les armées en 2015, Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, a confirmé leur arrêt, ce mercredi 15 octobre. 

Ces activités seront ainsi "progressivement transférées" vers deux autres hôpitaux militaires d'Ile-de-France, celui de Percy à Clamart et celui de Begin à Vincennes. Ces deux sites disposeront "de moyens renforcés", a indiqué Jean-Yves Le Drian.

Le Val-de-Grâce sera, lui, transformé en "un pôle d'excellence" réservé aux activités de recherche, de formation et de mémoire autour du Service de santé des armées (SSA).

"Ces activités seront densifiées, en raison de l’attachement historique des Français et de la communauté de défense au site du Val-de-Grâce", a affirmé Jean-Yves Le Drian.

Des coûteux travaux de mises aux normes

Le 12 octobre dernier, le ministre de la Défense avait déjà indiqué sur France 5 la possibilité de fermer le Val-de-Grâce et d'y transférer le service de formation de santé des armées.

Jean-Yves Le Drian expliquait que "pour le mettre aux normes acceptables et éviter la fermeture pour sécurité, il faudrait des centaines de millions d'euros de travaux", expliquait-il. Et ce "pour une efficacité militaire pas avérée", faisait-il valoir. 

Un régiment d'artillerie dissous

Le ministre a également annoncé mercredi qu'un régiment d'artillerie allait être dissous, cinq bâtiments de la Marine désarmés et une base navale fermée.

Ces restructurations doivent permettre de réaliser d'importantes économies budgétaires et de nouvelles coupes dans les effectifs dans le cadre de la Loi de programmation militaire (2014-2019). Pour 2015, 7.500 postes doivent au total être supprimés.

J.M. avec AFP