BFM Business

Budget 2013 : Jérôme Cahuzac doit manger son chapeau

Le ministre délégué au Budget a perdu plusieurs arbitrages en quelques semaines

Le ministre délégué au Budget a perdu plusieurs arbitrages en quelques semaines - -

Le ministre délégué au Budget entame, ce mardi 16 octobre, la discussion budgétaire fragilisé : il vient, en effet, d'être désavoué sur plusieurs arbitrages fiscaux.

La redevance audivisuelle ne sera pas étendue aux résidences secondaires, a affirmé Jean-Marc Ayrault sur Europe 1, mardi 16 octobre. Le Premier ministre a ainsi contredit son ministre délégué au Budget qui disait encore le contraire, dimanche soir, sur BFMTV.

En quelques jours, Jérôme Cahuzac a dû avaler plusieurs fois son chapeau pour respecter la discipline gouvernementale. Génant alors qu'il aborde, ce même mardi et pour un mois, une discussion budgétaire s'annonçant particulièrement chaude.

Solidarité gouvernementale

Quelques jours avant l'épisode de la redevance audiovisuelle, le ministre du Budget avait dû avaliser la position du gouvernement refusant d'intégrer les oeuvres d'art dans l'ISF alors que les députés PS le souhaitaient. Or, lorsqu'il était président de la commission des finances de l'Assemblée, jusqu'en mai 2012, l'ex-député PS avait critiqué le gouvernement Fillon qui refusait justement cette taxation !

Sur le dossier de la taxation des plus-values de cession, beaucoup au PS comme au gouvernement lui tiennent rigueur de ne pas avoir anticipé le problème soulevé par les créateurs d'entreprise. Et d'avoir donné le sentiment que le gouvernement reculait devant un lobby.

En juillet déjà, il avait dû s'incliner devant Aurélie Filippetti, la ministre de la Culture, qui s'opposait à la remise en cause de la réduction d'impôt pour les entreprises mécènes. Plus généralement, il n'a d'ailleurs pas réussi à faire supprimer beaucoup de ces niches, alors que François Hollande s'était engagé sur cette voie lors de la campagne électorale.

Sur une autre promesse présidentielle qu'il soutenait,la fusion IR-CSG, Jérôme Cahuzac a été contraint d'en rabattre. La réforme ne figure pas dans le projet de loi de finances pour 2013. Tout au plus, a-t-il préparé une timide harmonisation des assiette des deux prélèvements.

Patrick Coquidé