BFM Business

Ayrault annonce 40 milliards d'euros d'investissements

Jean-Marc Ayrault est monté au créneau ce 20 février

Jean-Marc Ayrault est monté au créneau ce 20 février - -

A l'issue du déjeuner avec ses ministres consacré aux économies budgétaires, Jean-Marc Ayrault s'est exprimé depuis Matignon pour défendre sa politique alors que le gouvernement est confronté à une croissance chancelante.

Jean-Marc Ayrault a finalement décidé de s'exprimer à l'issue du déjeuner réunissant ses ministres à propos des économies budgétaires pour 2013 et 2014. Alors que le pouvoir doit gérer les conséquences de la révision à la baisse des prévisions de croissance pour 2013, le chef du gouvernement a voulu passer à la contre-offensive.

"Nous allons réviser notre prévision de croissance de façon ordonnée", a-t-il annoncé. Le cap du gouvernement "reste bien l'équilibre des comptes publics en 2017", a-t-il rappelé ensuite. "Nous devons réduire le déficit, réduire le poids de notre dette, car la dette réduit nos marges de manoeuvre".

Il a également affirmé qu'il n'était pas question de tuer la croissance par des mesures de rigueur excessives, comme l'avait déjà fait François Hollande la semaine dernière après la publication du rapport de la Cour des comptes. "Notre cap, c'est aussi le soutien à la croissance, sans laquelle on ne peut pas redresser durablement les comptes publics et notre pays. Notre responsabilité, c'est de ne pas dégrader la croissance pour 2013".

Sauver le modèle social

Il a aussi annoncé 40 milliards d'euros d'investissements : 20 milliards sur 5 ans pour les investissements des collectivités locales, transports, assainissement, rénovation thermique... Une enveloppe de prêts que François Hollande avait visiblement déjà évoqué en fin d'année 2012.

Et 20 milliards, cette fois d'argent public et privé nouveau pour connecter 100% des foyers français au très haut débit d'ici à 10 ans. Le chef de l'Etat doit d'ailleurs intervenir sur le numérique ce mercredi 20 février.

Le Premier ministre a également affirmé vouloir "sauver notre modèle social", mais en le réformant. Référence aux réflexions sur la réforme des prestations familiales et des retraites mal perçues par l'opinion.

Jean-Marc Ayrault a également rappelé la mise en place, jeudi 21 février, de la Banque publique d'investissement. Tout en mettant en avant les mesures en faveur de la compétitivité avec la création du crédit d'impôt.

Patrick Coquidé