BFM Business

Assurance chômage: Filippetti tente de rassurer les intermittents

Aurélie Filippetti rappelle que c'est au Medef que les organisations syndicales doivent adresser leur mécontentement.

Aurélie Filippetti rappelle que c'est au Medef que les organisations syndicales doivent adresser leur mécontentement. - -

Le Medef a proposé d'aligner le régime d'assurance chômage des intermittents sur le régime général. Aurélie Filippetti a déclaré, ce jeudi 13 février, que "le gouvernement ne reprend nullement à son compte ces propositions".

La proposition choc du Medef sur les intermittents du spectacle a créé des remous. Le patronat souhaite aligner le régime d'assurance chômage des intermittents sur le régime général. En protestation, les intermittents ont occupé, ce jeudi 13 février, le hall du ministère de la Culture.

Aurélie Filippetti a immédiatement réagi : "je réaffirme mon attachement et l'attachement du gouvernement, avec le ministre du Travail Michel Sapin, au régime d'assurance chômage des intermittents", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Les militants réclament un communiqué conjoint des ministères du Travail et de la Culture "garantissant qu'il n'y aura aucun agrément d'un accord sur l'assurance chômage qui ne prévoie pas le maintien des annexes 8 et 10" spécifiques aux salariés du spectacle, selon Marc Slyper, représentant la CGT Spectacle.

"Le gouvernement ne reprend nullement à son compte les propositions du Medef concertant la suppression du régime d'assurance chômage des intermittents. C'est même de la provocation", a précisé la ministre de la Culture, alors que des discussions se poursuivaient entre les occupants et son cabinet.

"Le dialogue qui s'est ouvert sur la convention Unedic est un dialogue entre partenaires sociaux", a-t-elle toutefois noté. "C'est au Medef que les organisations syndicales doivent adresser leur mécontentement."

Les positions du Medef sont "caricaturales"

"Quant à moi je suis extrêmement vigilante et attachée à un régime d'assurance chômage des intermittents qui permette justement de répondre à l'extrême précarité de ces professionnels, nous l'avons répété à de multiples reprises avec Michel Sapin notamment au festival d'Avignon", a-t-elle rappelé.

"Nous souhaitons que le régime d'assurance chômage des intermittents soit préservé dans son principe parce qu'il est utile, ce régime est déficitaire parce que les métiers en question sont plus précaires que d'autres, et en même temps ce déficit est moindre que ce qui avait été avancé jusque là", souligne la ministre.

"Les positions du Medef exprimées hier sont caricaturales", a estimé la ministre. "Ils ont essayé d'agiter un chiffon rouge, d'agiter un certain nombre de peurs, mais depuis un an le travail qui est fourni avec l'assemblée et le ministère du travail est très clair: il faut arrêter de considérer les intermittents comme des boucs émissaires."

D. L. avec AFP