BFM Business

Elysée: l'UMP dénonce les dépenses de la "présidence normale"

L'UMP critique les dépenses de François Hollande

L'UMP critique les dépenses de François Hollande - -

Dans un rapport parlementaire qu'il vient de rendre public, le député UMP Jérôme Chartier critique le coût caché de certaines dépenses de l'Elysée depuis l'arrivée de François Hollande.

Sous la droite, le socialiste René Dosière s'était fait une spécialité de dénoncer les dépenses excessives ou non justifiées de l'Elysée. Aujourd'hui, c'est au tour de l'UMP Jérôme Chartier de reprendre le flambeau.

Dans son rapport budgétaire sur les crédits des pouvoirs publics pour 2013, le député du Val d'Oise dénonce, en effet, certaines dérives de coût de la "présidence normale" de François Hollande. "Ce rapport est partial", a immédiatement estimé, ce vendredi 9 novembre, Alain Vidalies, le ministre des Relations avec le Parlement qui rappelle que la dotation de la présidence baissera de 5% en 2013. " Il est inconsistant et outrageusement polémique", a renchéri René Dosière.

21 634 euros l'heure de vol

Jérôme Chartier reconnait que des économies sont bien prévues pour 2013: baisse de 7,4% des charges de fonctionnement, de 2,17% de celles de personnel, renouvellement limité du parc automobile, réduction des abonnements à la presse...

En revanche, le député UMP estime que la volonté de François Hollande de moins utiliser les avions de la République, à la différence de Nicolas Sarkozy, entraîne une augmentation des coûts! François Hollande répugnerait à utiliser l'Airbus A300 présidentiel acheté sous le quinquennat précédent dont l'heure de vol coûte 21 634 euros. "Or, chacun sait dans le milieu aéronautique qu'un appareil commence à coûter cher lorsqu'il ne vole pas", affirme Jérôme Chartier.

"En tout état de cause, si l'on réaffectait l'avion présidentiel au budget de la présidence (et non à celui de la Défense), il faudrait inscrire 23,3 millions d'euros de déficit, soit près de quatre fois et demi les économies annoncées pour le budget 2013", ajoute Jérôme Chartier.

Domicile privé sous surveillance

Toujours au titre des déplacements, Jérôme Chartier doute des économies engendrées par les voyages présidentiels en train Thalys pour se rendre à Bruxelles. Le rapporteur du budget de l'Elysée a ainsi relevé 71 points à sécuriser sur le parcours. Mais aucun coût du dispositif mis en place n'a été fourni par l'Elysée.

Autre critique du député: le coût de la protection du domicile privé de François Hollande, dans le XVème arrondissement de Paris. Le "président normal" ayant souhaité continuer d'habiter son appartement et non vivre à l'Elysée, un dispositif de sécurité permanent a dû être mis en place nuit et jour autour de l'immeuble. Mais les services de la présidence n'ont donné aucune précision sur les dépenses ainsi engendrée, déplore Jérôme Chartier.

Patrick Coquidé