BFM Business

Déficit: la France va-t-elle au clash avec Bruxelles?

Hollande et Juncker, ici en 2013, vont devoir trouver un terrain d'entente sur le déficit de la France.

Hollande et Juncker, ici en 2013, vont devoir trouver un terrain d'entente sur le déficit de la France. - Bertrand Langlois - AFP

Le gouvernement s'est résolu à revoir ses objectifs de la croissance à la baisse après les chiffres publiés par l'Insee. Il table désormais sur 0,5% de croissance au lieu des 1% prévu cette année. Conséquence : la France ne tiendra pas ses engagements vis à vis de Bruxelles.

"Toutes les conditions sont réunies pour aller au clash", voilà ce que nous affirme un diplomate français à Bruxelles. Selon lui, en effet, le gouvernement sait déjà à quoi s'en tenir puisqu’il s'est résolu à revoir ses objectifs de la croissance à la baisse après les chiffres publiés par l'Insee. Il table désormais sur 0,5% de croissance au lieu des 1% prévu cette année. Son déficit dépassera 4% cette année, le gouvernement s'attend déjà à des négociations très compliquées avec la Commission européenne.

Puisque la France n'est pas en mesure de tenir ses engagements, la Commission européenne va lui demander d'aller au-delà des 50 milliards d'euros d'économies annoncés. Or, pour le gouvernement français, pas question.

La France en exemple

Michel Sapin, le ministre des Finances l'a répété : c'est déjà un effort historique, il refuse d'aller au-delà. Pour lui, la seule solution, c'est d'obtenir plus de temps pour tenir ses engagements. Compromis jugé pour l'instant inacceptable par la Commission européenne. Dans ce contexte, certains diplomates élaborent déjà le scénario du pire.

Depuis cette année, c'est une nouveauté, la Commission européenne a le droit de retoquer les budgets nationaux. Elle ne l'a jamais fait. Certains craignent que la nouvelle commission, incarnée par Jean-Claude Juncker, durcisse le ton et fasse de la France un exemple en sanctionnant son prochain budget.

Caroline Morisseau