BFM Business

Ayrault : objectif retraites

Jean-Marc Ayrault va, lui, aussi effectuer des déplacements sur le terrain

Jean-Marc Ayrault va, lui, aussi effectuer des déplacements sur le terrain - -

Le Premier ministre va occuper à partir de lundi 12 août la scène médiatique jusqu’à la rentrée du gouvernement le 19. Alors que François Hollande a multiplié les déplacements sur le thème de l’emploi, Jean-Marc Ayrault devrait préparer l’opinion à la réforme des retraites.

François Hollande parti se reposer quelques jours à La Lanterne, c’est son Premier ministre qui est chargé à partir de lundi 12 août d’assurer la continuité de l'Etat jusqu’à la rentrée du président et du gouvernement, le 19 août. Un séminaire réunissant tous les ministres à Matignon doit d'ailleurs être programmé ce jour-là.

Mais d’ici là, le chef du gouvernement ne compte pas rester inactif. Comme François Hollande en juillet et au début août, Jean-Marc Ayrault a prévu quelques déplacements "sur le terrain" pour montrer qu’il travaille aussi durant l’été. Et accessoirement ne pas laisser Manuel Valls, le très actif ministre de l'intérieur, occuper seul l’espace médiatique.

Ayrault a déjà prévu un déplacement dès mardi au petit matin: il rencontrera des salariés travaillant la nuit dans la grande banlieue parisienne. Alors que le président avait axé ses déplacements sur l’emploi et la compétitivité, le chef du gouvernement a choisi le thème de la pénibilité au travail.

Ce choix ne doit rien au hasard puisque le gouvernement veut faire de la pénibilité l’un des éléments de la future réforme des retraites qu’il présentera aux Français en septembre. Le 10 septembre, les syndicats appellent d'ailleurs à manifester contre la réforme.

Pénibilité au travail

Fin juillet, Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales, chargée de préparer la réforme, a reconnu que celle-ci comporterait la mise en place d’un compte-pénibilité au profit des salariés ayant connus des conditions de travail pénibles (nuit, fatigue, danger…) durant leur vie active.

Cette mesure devrait coûter 2 milliards d’euros en année pleine. Les entreprises pourraient être mises à contribution pour la financer. De même, le gouvernement prépare des mesures destinées à favoriser les femmes aux carrières interrompues. Un geste en direction des étudiants étant entrés tardivement dans la vie active n'est pas exclu également.

Le gouvernement veut ainsi démontrer ainsi que sa réforme ne consistera pas seulement à allonger la durée de cotisation et augmenter les cotisations des salariés ou faire payer les retraités pour trouver les 20 milliards d'euros qui vont manquer dans les caisses d'ici à 2020 selon le Conseil d'orientation des retraites. Le gouvernement estime, lui, que trouver 7 milliards sera suffisant pour passer le cap. Quitte à essuyer les critiques de l'UMP sur une réforme " à minima" des retraites.

Taxer les entreprises

Selon Les Echos du 12 août en tout cas, l'exécutif envisagerait bien une hausse de la CSG de 0,2 à 0,5 point en 2014 qui pourrait servir à financer les régimes de retraites mais aussi les branches famille et santé de la sécurité sociale. De même croit savoir Les Echos, un relèvement de la taxe sur les dividendes versées par les grandes entreprises seraient envisagées pour participer au financement des retraites.

Patrick Coquidé